Logement étudiant: « Pour faire face à la pénurie, les collectivités territoriales doivent s’engager »

A quelques jours de la rentrée universitaire, de nombreux étudiants, non résidents à Perpignan, éprouvent de nombreuses difficultés pour trouver un logement étudiant. Au niveau national on comptait en 2013, 2 300 chambres et 73 200 appartements pour 2,4 millions d’étudiants dont environ 620 000 boursiers.
On note que seulement 7% des étudiants boursiers étaient logés en cité étudiante.

La pénurie de logement est évidente et aucune mesure n’est venue inverser cette tendance dans notre département.

Les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales rappellent que depuis 2009, demandent au Conseil Général et au Conseil Régional de construire des logements étudiants comme le permet les lois de décentralisation.
Par exemple, d​​ès 2010, le département des Yvelines avait contribué à la création de 3 000 logements étudiants​ ​multipliant par 2,5 l’offre de logement étudiant dans ce département.

Le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, en partenariat avec l’Etat, pourrait réaliser un nombre conséquent de logement pour répondre à la demande. De plus, l’investissement public aurait également un effet bénéfique pour le secteur du BTP qui est en difficulté depuis les lois Duflot et les baisses de dotation de l’Etat au profit des collectivités locales.

D’autres propositions complémentaires peuvent être étudiés comme la diversification des acteurs en charge du logement étudiant (mettre un terme au 100% CROUS) et en diversifiant le mode de logement (logements modulaires, logements intergénérationnels…).

Passage média: Affaire des bornes (suite) – Le Petit Journal

Le Petit Journal dans son édition du 4 au 11 février 2011 consacre une page entière à un entretien  sur l’affaire des bornes de Bourquin.

L’association étudiante, POLETUDIANT, avait entrepris en janvier 2009 une opération d’affichage au scotch scolaire pour demander plus de moyens en faveur de l’université au lieu d’investir dans des moyens de communication inutiles.

Face à cette opération Christian Bourquin, nous harcèle pour payer une somme exorbitante et injustifiée pour le nettoyage de ces bornes…..

Je vous laisse découvrir cet entretien en vous procurant « Le Petit Journal » chez votre marchand de journaux pour 1,20€.

Communiqué des Jeunes Populaires concernant l’Université de Perpignan

Les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales constatent avec tristesse que l’Université de Perpignan est oubliée une nouvelle fois du Président de Région, Christian BOURQUIN. Sous la présidence de l’Héraultais FRECHE c’était déjà le cas, sous la présidence du catalan Bourquin cela est toujours le cas.  Les acteurs changent mais le scénario reste le même au détriment des étudiants de l’Université de Perpignan.
En citant le plan campus pour Montpellier, Christian Bourquin omet volontairement de citer les mesures en faveur de Perpignan. Il faut dire que la région est largement plus généreuse avec Montpellier qu’avec les autres universités de la région. Pour 1€ de dotation de l’Etat, les universités de Montpellier en reçoivent autant de la région. Et Perpignan? rien ! Un autre exemple du mépris de la région pour notre université? Le représentant du Conseil Régional au Conseil d’Administration de l’Université, Jacques CRESTA n’est venu qu’à une seule reprise en 3 ans. Est ce peut être l’absence de jeton de présence qui ne motive pas la venue de Jacques CRESTA? Les universités de Montpellier sont noyés sous les subventions de la région, et Perpignan n’en reçoit que les miettes.Dans la mesure ou l’imposition est la même dans toute la région, nous demandons un traitement équitable pour l’ensemble des universités de la région et cela dés l’année prochain.