Lettre aux adhérents des Jeunes Populaires 66: « Nous devenons les Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales »

Cher(e) ami(e),

Le congrès fondateur du mouvement « Les Républicains » du 30 mai a entériné le changement de nom de l’U-M-P.

L’adoption du nouveau nom et des nouveaux statuts entérine la transformation du mouvement des Jeunes Populaires en Jeunes Républicains. Cette transformation impacte les fédérations locales et nous devenons , dés à présent, » Les Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales ».

Dès à présent, un nouveau logo nous représentera :

Les Jeunes Républicains66

Nos comptes sur les réseaux sociaux seront mis à jour dans quelques semaines (en fonction des conditions générales de chaque site) et un nouveau site internet des Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales sera lancé dans les prochains jours.

A mon sens, le virage sémantique doit s’accompagner d’un virage idéologique. Changer est une obligation pour ne pas voir notre mouvement se déconnecter de notre époque et des attentes légitimes des nouvelles générations sur le fonctionnement moderne d’un parti politique, pour convaincre et rassembler autour de nouvelles idées. Jamais, un parti politique ne doit être otage de personnalités politiques qui n’ont ni vision, ni interprétation du monde mais ont simplement conforté un statut et des bonnes opinions.

Si l’on se contente de changements superficiels sans opérer de mutations profondes, alors nous ne saurons être en capacité de séduire davantage de français en 2017 que nous ne l’avons fait en 2012, ce qui sera une nouvelle catastrophe pour notre République et pour nos territoires. Nous avons des idées, des convictions et des valeurs et nous devrons toujours les assumer même si elles sont « politiquement incorrect » ou qu’elles ne soient pas « électoralement rentable ». Nous avons l’envie de l’engagement et nous sommes plus que jamais motivés.

Jean-Pierre RAFFARIN disait  » Les Jeunes Populaires doivent être le poil à gratter de l’UMP« , cette phrase correspondra parfaitement aux Jeunes Républicains qui sauront aller de l’avant et surprendre !

En lançant les Républicains, l’espoir d’un grand rassemblement est né. A nous d’y adhérer, d’y participer, et d’y proposer nos idées à la fois politique, mais aussi pour le parti.

C’est ensemble que nous réussirons, ensemble réuni autour de notre nouvelle identité « Les Jeunes Républicains ».

Bien à vous,

Passage média : Cantonales : François Lietta candidat

Site d’informations :  » http://www.directsud.eu  »

Top départ des prochaines échéances électorales, les partis politiques préparent leurs listes respectives pour les futures cantonales et régionales qui auront lieu en mars prochain.

L’un des tous premiers à poser sa candidature à l’investiture UMP est le « plus jeune d’entre nous » pourraient dire ses pairs, ou ses « pères » c’est selon, avant de devenir peut-être un jour « le meilleur d’entre nous » ? Le canton convoité est celui dit de la « côte salanquaise » qui regroupe Saint Laurent de la Salanque, Le Barcarès, Claira, Saint Hippolyte, Pia et Torreilles.
Le chef de ses pairs en la personne de François Calvet et qui n’est autre que le Président de l’UMP du département, semble pourtant pour l’heure lui préférer un autre candidat, Alain GOT qui espère retrouver son fauteuil au Conseil Général, qui lui a été ravi par le Maire de Claira José Puig à la suite d’un règlement de comptes entre « amis », tous élus à l’époque à la mairie de St Laurent qui avait fait trébucher le 1er Adjoint et a largement concouru à la chute de Fernand Siré en mai dernier.

Position d’autant plus incompréhensible à première analyse si elle devait se confirmer qu’Alain Got est encarté à l’UDI… Tout pourrait bien dépendre du résultat des élections internes du parti centriste qui doit élire son Président National dans les jours qui viennent. Si ce devait être Yves Jego, cette orientation ne serait pas sur la ligne de ce nouveau chef de file qui semble souhaiter une UDI autonome du parti « frère » qu’est encore l’UMP.
Reste que le candidat François Lietta incarne sans le moindre doute le renouveau, dans un paysage politique départemental qui commence sérieusement à vieillir ! Ceux-là mêmes qui n’ont pas de mots assez forts pour vanter les mérites de la transmission aux jeunes générations ne semblent guère pressés de céder leurs places… Presque trente ans, une expérience politique intense qui remonte déjà à 2006 et encore actuellement responsable des Jeunes Populaires des P.-O. avec une incontestable énergie, hyper-actif diront certains… Vous voulez transmettre, eh bien l’offre est sur la table et la candidature de cette jeune pousse est crédible !

Retour à l’accueil

Cantonales 2015: Ma lettre de candidature à l’investiture UMP

Madame, Monsieur, Chers amis,

En mars prochain, le Conseil Général des Pyrénées Orientales sera entièrement renouvelé, permettant à notre famille politique d’espérer reprendre à la gauche cette collectivité territoriale.

Adhérent UMP depuis mes 22 ans et Responsable Départemental des Jeunes Populaires (UMP) depuis 2009, j’ai toujours été fortement impliqué lors des élections locales et nationales afin de porter les candidats de notre parti aux responsabilités. Aujourd’hui à 29 ans, j’ai décidé d’être candidat sur le canton de la côte salanquaise.

Ce canton détenu par un socialiste depuis 2011, regroupe les communes de Claira, Le Barcarès, Saint Hippolyte, Saint Laurent de la Salanque, Pia et Torreilles.

Homme du renouveau sur ce canton, je souhaite fédérer les hommes et femmes partageant depuis de nombreuses années nos valeurs. Si je suis élu, je deviendrai le benjamin de cette assemblée départementale.

Mon ambition est d’être force de proposition, fédérateur des générations et représentant des jeunes abstentionnistes. Pour cela, l’aide et l’expérience des plus anciens m’est indispensable.

A quelques jours du Comité Départemental, je tenais à vous informer de ma candidature sur ce canton, vous exposer mes motivations afin de solliciter votre soutien.

François LIETTA

Télécharger ma lettre de candidature : Lettrecandidature

Elections sénatoriales 2014:  » Mettre un terme à une politique désastreuse pour nos territoires »

Dimanche, les grands électeurs auront à élire 178 sénateurs parmi 58 départements français soit la moitié de la chambre haute du parlement français.
Après les échéances municipales et européennes, ce scrutin permettra aux maires, conseillers généraux, conseillers régionaux, parlementaires et grands électeurs de choisir leurs représentants dans cette assemblée législative.

Si notre département des Pyrénées-Orientales n’est pas concerné par ce renouvellement, les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales espèrent que les candidats de la majorité seront sanctionnés dans les urnes pour la politique catastrophique qu’ils mènent à l’égard des collectivités locales.

Parmi les thèmes sur lesquels devront se prononcer les grands électeurs:

– Pour ou contre, la baisse constante et disproportionnée des dotations aux collectivités. Ce qui a pour conséquence de réduire l’investissement public, entraînant en cascade la baisse de l’activité économique dans nos départements.

– Pour ou contre, une réforme des rythmes scolaires non compensés financièrement par l’Etat qui se décharge de cette compétence régalienne sur des communes. Cela engendre un coût important sans réelle garantie de l’efficacité d’une réforme menée par dogmatisme.

– Pour ou contre, la privation de la compétence urbanisme des maires.

– Pour ou contre, une modification du scrutin cantonal qui met à terre la représentation rurale de nos territoires.

– Pour ou contre, la politique menée à l’égard des citoyens et dont les élus locaux peuvent voir les conséquences négatives sur le plan social et économique.

Dans les départements concernés, il est temps que les élus locaux se rebellent pour mettre un terme à une politique désastreuse pour nos territoires et que le 28 septembre au soir, le Sénat bascule massivement de gauche à droite.