La justice confirme la condamnation d’Elie PUIGMAL

C’est aujourd’hui que l’ancien Maire de Saint Estève et Conseiller Général, Elie PUIGMAL, était jugé à nouveau pour les faits de « l’affaire Boitaclous ».

Cette affaire a éclaté au cours de l’été 2009 et avait conduit à de nouvelles élections permettant à Robert VILA de remporter l’élection partielle du mois d’Octobre 2010.

Depuis Elie PUIGMAL, toujours Conseiller-Général du canton, a été condamné  à trois mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende pour « délit de favoritisme » dans le cadre du marché public passé en avril 2009 entre la commune et l’association Boitaclous pour la gestion culturelle du théâtre de l’Étang.

Le jugement de Montpellier du 22 novembre confirme donc la condamnation d’Elie PUIGMAL pour délit de favoritisme.

Retour à l’accueil

Affaire Boitaclous: Elie PUIGMAL convoqué au tribunal correctionnel (3)

L’ancien Maire de Saint Estève , Elie PUIGMAL devra à nouveau se rendre au tribunal correctionnel de Perpignan le jeudi 15 décembre 2011 à 14h00.

La première audience avait conduit au report  « afin de connaître le fond du dossier » selon la demande formulée par Elie PUIGMAL. Notons que la ville s’est portée partie civile afin de protéger les intérêts de la ville en cas de condamnation. Ce choix avait fait l’objet d’un vote en conseil municipal auquel la minorité socialiste avait refusé de voter.

La séance au tribunal est ouverte au public.

Retour à l’accueil

Affaire Boitaclous: Elie PUIGMAL convoqué au tribunal correctionnel

L’ancien Maire de Saint Estève , Elie PUIGMAL devra se rendre au tribunal correctionnel de Perpignan le jeudi 8 septembre 2011. Il est convoqué pour une audience du tribunal correctionnel dans le cadre de l’affaire « Boitaclous ».

Il devra répondre des accusations de délit de favoritisme devant le juge. Des faits qui sont réprimés par les articles 432-14 et 432-17 du code pénal.

Un second élu de l’ancienne majorité socialiste d’Elie PUIGMAL a également quelques ennuis avec la justice, en effet Jean COSTA fait l’objet d’une enquête préliminaire de la police judiciaire.

Retour à l’accueil

L’affaire Boitaclous revient sur le devant de la scène

Boitaclous avait poursuivi la ville de Saint Estève pour avoir rompu le marché public de 900 000€ TTC . Le rapporteur du tribunal administratif de Montpellier vient de donner raison à l’association-entreprise Boitaclous en préconisant une indemnisation de 2 000€ pour la rupture du contrat alors même que l’association-entreprise réclamait plusieurs centaines de milliers d’euro au titre du travail accompli….

Aujourd’hui la subvention d’équilibre versé par la ville est de 550 000€ pour le Théâtre de l’Etang, une somme non négligeable mais moindre que les 900 000€ de Boitaclous. De plus avec la formule actuelle, la ville encaisse les recettes des spectacles alors que sous la formule Boitaclous la ville ne touchait pas un centime et avait à sa charge le fonctionnement du théâtre (ex salle multiculturelle).

Retour à l’accueil

84 000 € pour Elie Puigmal, 0 € pour les précaires

Le socialisme de 2010 est bien loin de celui des année 1900. Aujourd’hui le socialisme du Parti Socialiste est devenu plus libéral et égoïste que celui des partis de droite « dure ».  Elie Puigmal nous le démontre aujourd’hui en s’octroyant 84 000 € pour racheter ses points de retraite et cela en toute légalité.

Mais pendant ce temps là, des anciens employés de la municipalité, en contrat précaire attendent toujours que la ville verse la totalité des indemnités de départ, de chômage et des heures supplémentaires….

Pendant que la ville exploite les contrats précaires (jusqu’à 9 CDD pour une salariée), le premier magistrat s’octroie un parachute doré des plus confortables pour ces vieux jours. Les mauvaises langues lui prédisent une retraite dans une grande maison de brique rouge à proximité de Porte d’Espagne, mais tout de même est ce moralement acceptable de bénéficier de cet avantage légal alors même que d’ex-salariés sont dans une importante détresse financière?