Le 2 février, Laurent Wauquiez et Christian Jacob viendront à Saint-Estéve

invitjacobwauquiezUne nouvelle année vient de commencer et elle sera une année électorale importante pour notre pays. Après le scrutin de la primaire, et avant l’échéance présidentielle, il était important de se retrouver pour un moment convivial pour vous souhaiter la nouvelle année.

J’ai donc le plaisir de vous convier aux voeux de la fédération qui se dérouleront le jeudi 2 février 2017 à 18h30 à l’Espace Saint-Mamet à Saint-Estéve. J’aurai l’immense plaisir d’accueillir Laurent Wauquiez – Vice Président de notre parti et Président de la région Rhône Alpes – et Christian Jacob – Député de Seine et Marne et Président du groupe Les Républicains à l’Assemblée Nationale.

C’est un immense plaisir de les accueillir pour nos voeux qui se clôtureront par une dégustation de crêpes pour la chandeleur.

Ouvert à toutes et à tous

LES RENCONTRES DE LA PROXIMITÉ- Torreilles et Saint Estève

Torreilles et Saint-Estève

img_4462Après les deux premières étapes, poursuite des rencontres de la proximité avec deux nouvelles rencontres avec les adhérents.

Tout d’abord le canton de la Salanque avec une rencontre à Torreilles. Accompagné de Fernand Siré – Député des Pyrénées Orientales- et de Stéphane Loda- Délégué de la circonscription, nous avons retrouvé les adhérents du canton. Echange studieux avec les personnes présentes sur notre mouvement.

Puis c’est au coeur du Ribéral avec une rencontre à Saint-Estève en présence de Danielle Pages- candidate à l’élection législative sur la troisième circonscription- et de Paul Miffre – Délégué de circonscription.

Ces réunions de terrain sont indispensables pour tisser un lien fort avec les adhérents et présenter les actions de votre fédération.

De Saint-Estéve à Amélie-les-Bains

Les commémorations du 18 juin célèbrent  l’appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi.   Ce matin j’ai pris part à cette commémoration à Saint-Estéve aux côtés des élus de la majorité du Maire « Les Républicains » Robert Vila.

IMG_3152En fin d’après-midi, j’ai participé aux commémorations à Amélie-Les Bains dans la ville détenue par le socialiste Alexandre Reynal.

Etre présent sur ces deux communes n’est pas anodin.

En premier lieu, j’attache une grande importance au devoir de mémoire et à honorer le sacrifice de nos aînés qui se sont battus pour notre pays et notre liberté. Il me parait essentiel de participer régulièrement à ces commémorations pour ne pas oublier l’engagement des hommes et des femmes au cours des trop nombreux conflits au cours de notre histoire.

En second lieu, j’ai voulu répondre à l’invitation de Nicole Bernades, élue d’opposition à Amélie-les-Bains, de l’accompagner dans sa ville. En répondant à son invitation je veux montrer l’envie de la fédération de participer à la reconquête des territoires détenus par la gauche. Les élus d’opposition, Annick Barboteu, Jacques Bonet, Jean-François Sitja, Alain Cadene et Nicole Bernades sont entrés au conseil municipal en mars 2014 pour représenter nos valeurs au sein de cette municipalité. Ils sont pleinement engagés et passionnés mais « Le travail est immense » comme me l’a confié Nicole Bernades lors d’une ballade au coeur de ville. D’ailleurs j’ai été surpris par les nombreux rideaux fermés des commerces mis en vente ou dont les murs sont à louer. L’économie de proximité semble mal en point et je comprends l’inquiétude des élus d’opposition. Je veux saluer l’engagement des élus d’opposition au quotidien dans cette commune et saluer l’énergie qu’ils déploient. Merci à Nicole pour cette visite au coeur de sa ville.

Des villes de droite aux villes de gauche, nous devons être présent partout !

Passage média: L’UMP craint les divisions à droite

Les jeunesses de l’UMP des Pyrénées-Orientales prennent désormais la parole plus clairement que leurs aînés. En présence de ces derniers, une cérémonie de voeux organisée le 3 février a permis au président des Jeunes Populaires, François Lietta, de fustiger les « bras cassés du Parti Socialiste » et de prévenir d’une division, qu’il a jugée« mortelle » pour sa « famille politique ».

Les Jeunesses de l’UMP des Pyrénées-Orientales, qui affirment ce que leurs aînés taisent sur la scène médiatique, ont animé la cérémonie des voeux du parti, le 3 février dans la commune de Saint-Estève. Leur président, François Lietta, a prononcé un discours vantant les actions de son groupe, réservé aux moins de 30 ans, mais surtout envoyé, au sujet des prochaines élections, des signes approuvés par le président de l’UMP territoriale, François Calvet. M. Lietta, selon lequel les lycées du Pays Catalan et l’Université de Perpignan constituent un « véritable réservoir de jeunes populaires », a tenu à évoquer une « nécessité de préparer les élections municipales », en avertissant que « la division est mortelle pour notre famille politique ».

Allusion à l’UDI, dans citation expresse

Quelques semaines après les frictions opposant Jean-François Copé et François Fillon, l’allusion à l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) de Jean-Louis Borloo et de Jean-Paul Alduy, président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée, était évidente. Moins finement, dans ce discours juvénile est aussi apparue une attaque frontale au camp d’en face, à la tête de la Région Languedoc-Roussillon et du Conseil général des Pyrénées-Orientales : « Bourquin, Malherbe on en a assez, il est tant d’en changer ! ». Sans réelle élégance ni contenu idéologique, mais avec une vigueur qui a quitté les plus anciens, le jeune Lietta a lancé : « Nous en avons assez de supporter les bras cassés sans talent du Parti Socialiste, qui ne font qu’enfoncer notre département, notre région qui désormais est la première de France pour son taux de chômage ».

Retour à l’accueil

Mon intervention aux voeux de l’UMP des Pyrénées-Orientales

Mesdames, Messieurs,

Les Jeunes Populaires sont les adhérents de moins de 30 ans de notre famille politique qui s’engagent au quotidien pour la défense de nos valeurs, de nos idées et qui seront des acteurs essentiels de la reconquête des territoires perdus.

Pour cela, j’ai mis en place un maillage territorial, pour rendre les Jeunes Populaires plus efficaces. Cela commence par des référents pour les lycées et l’université de Perpignan, véritable réservoir de jeunes populaires. Je veux saluer le rôle de nos partenaires du MET sur l’Université de Perpignan Via Domitia.

J’ai complété ce maillage par la nomination de deux référents par circonscription. Ces référents ont été particulièrement présents auprès de Daniel, Fernand, Jean et Jacqueline. Enfin le dernier pôle d’importance, la I-Force qui milite sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et met à jour quotidiennement notre site internet.

Ce travail de terrain, et ces efforts de communication ont payés, car aujourd’hui les Jeunes Populaires sont un mouvement politique, interne à l’UMP parfaitement identifié par les militants, les élus et la presse. En 2012, on compte 25 articles dans la presse locale, 32 sur la presse numérique, 5 passages sur les ondes radio et un passage télévisé.

Pour 2013, nous savons la nécessité de préparer les élections municipales et peut être cantonales, si le gouvernement arrive enfin à se mettre d’accord sur une date. L’espoir fait vivre !

Nous serons aux côtés des candidats sortants, derrière eux pour eux, car nous savons que la division est mortelle pour notre famille politique et ne permet qu’une seule chose la victoire de la gauche. J’invite fortement nos élus, à intégrer des jeunes populaires dans leurs équipes pour les prochaines municipales, car CES Jeunes Populaires que je vous proposerai sont des militants actifs, rodés aux campagnes électorales après avoir participé aux régionales, aux cantonales de 2011 et aux élections nationales de 2012.

La jeunesse est une chance pour préparer l’avenir, nous ne sommes pas une concurrence et nous devons savoir prendre le temps de nous former aux cotes de nos élus.

Ils sont aussi des militants numériques sur internet, notre dernier coup d’éclat sur les talents du conseil général montre notre travail de fond, de recherches et notre capacité à riposter fortement aux nombreux mensonges de la gauche.

Nous espérons également que certains Jeunes Populaires seront des chefs de file pour partir à l’assaut de canton détenus par la gauche, nous avons envie d’en découdre et nous voulons rejoindre sur les bancs de l’hémicycle Jean, Richard, Jean Claude, Mauricette et Véronique.

Nous en avons assez de supporter les bras cassés sans talent du parti socialiste,  qui ne font qu’enfoncer notre département, notre région qui désormais est la première de France pour son taux de chômage. Bourquin, Malherbe on en a assez.

Il est tant d’en changer !

Tel est le programme ambitieux des Jeunes Populaires, conserver nos villes en intégrant les équipes des candidats, prendre part à la reconquête de la région, du département et conserver notre député européen Marie Thérèse SANCHEZ SCHMID

La reconquête est en marche et vous pouvez compter sur les Jeunes Populaires !

 

 
Retour à l’accueil