De Saint-Estéve à Amélie-les-Bains

Les commémorations du 18 juin célèbrent  l’appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi.   Ce matin j’ai pris part à cette commémoration à Saint-Estéve aux côtés des élus de la majorité du Maire « Les Républicains » Robert Vila.

IMG_3152En fin d’après-midi, j’ai participé aux commémorations à Amélie-Les Bains dans la ville détenue par le socialiste Alexandre Reynal.

Etre présent sur ces deux communes n’est pas anodin.

En premier lieu, j’attache une grande importance au devoir de mémoire et à honorer le sacrifice de nos aînés qui se sont battus pour notre pays et notre liberté. Il me parait essentiel de participer régulièrement à ces commémorations pour ne pas oublier l’engagement des hommes et des femmes au cours des trop nombreux conflits au cours de notre histoire.

En second lieu, j’ai voulu répondre à l’invitation de Nicole Bernades, élue d’opposition à Amélie-les-Bains, de l’accompagner dans sa ville. En répondant à son invitation je veux montrer l’envie de la fédération de participer à la reconquête des territoires détenus par la gauche. Les élus d’opposition, Annick Barboteu, Jacques Bonet, Jean-François Sitja, Alain Cadene et Nicole Bernades sont entrés au conseil municipal en mars 2014 pour représenter nos valeurs au sein de cette municipalité. Ils sont pleinement engagés et passionnés mais « Le travail est immense » comme me l’a confié Nicole Bernades lors d’une ballade au coeur de ville. D’ailleurs j’ai été surpris par les nombreux rideaux fermés des commerces mis en vente ou dont les murs sont à louer. L’économie de proximité semble mal en point et je comprends l’inquiétude des élus d’opposition. Je veux saluer l’engagement des élus d’opposition au quotidien dans cette commune et saluer l’énergie qu’ils déploient. Merci à Nicole pour cette visite au coeur de sa ville.

Des villes de droite aux villes de gauche, nous devons être présent partout !

Mon intervention à la réunion publique de Marie-Thérèse SANCHEZ SCHMID – Européennes 2014

Mesdames et Messieurs,

Dans quelques jours se déroulera le seul et unique tour des élections européennes du 25 mai 2014. A travers l’Europe des millions de citoyens de tout âge vont élire leurs représentants au Parlement Européen.

Nous, jeunes européens, sommes aujourd’hui la seconde génération a ne pas avoir connu de guerre sur son propre sol et la première génération post guerre froide. “ Die europäische Integration hat dauerhaften Frieden zwischen den Nationen gebracht zu oft vom Krieg.”
Pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Goethe, “ La construction européenne a apportée une paix durable entre des nations trop souvent déchirées par la guerre”.

Nous, jeunes européens, sommes désormais une génération ouverte sur le monde, curieuse et pouvant désormais étudier librement dans l’un des 28 pays de l’Union Européenne. “With Erasmus, many students, including Perpignan, can study in the European country of their choice.” Pour les non-anglophones, vous aurez toutefois compris que je parlais du célèbre programme ERASMUS, le programme le plus ambitieux en faveur des étudiants.

Nous, jeunes européens, pouvons désormais travailler dans n’importe quel pays d’Europe sans aucune contrainte, en toute liberté à condition bien entendu de dépasser la barrière de la langue. Cette mobilité prend tout son sens pour notre département frontalier. “El trabajo a traves toda Europa es ahora posible para cualquier ciudadano Europeo. Una verdadera revolucion.” C’est cette fois-ci vous aurez reconnu la langue de Cervantes.

Nous, jeunes européens, pouvons profiter de l’apport culturel d’une Europe unifiée qui s’est bâtie en respectant les peuples, leurs identités et cultures multiples. Dans notre département à forte identité catalane cela prend tout son sens.

Nous, jeunes franco-catalan, le 25 mai prochain nous déposerons dans l’urne le bulletin de la liste menée par Michèle ALLIOT-MARIE sur laquelle se trouve notre député européenne Marie-Thérèse SANCHEZ SCHMID. Ce vote est un vote d’adhésion aux valeurs de la droite et du centre, un vote de conviction pour une Europe dont nous admettons la construction de manière équilibrée, raisonnée et à l’écoute des populations des Etats-membres. C’est surtout un vote de raison, car il faut admettre que la France n’est pas seule en Europe, et que l’Europe à 6 ,9, 12 ou 28 membres impose un consensus qui ne se compose pas uniquement par la vision franco-française de l’orientation européenne. Nicolas SARKOZY avait bien compris que la France, seule, aurait tout à perdre et il était le Président de la République qui avait, dans l’intérêt de la France, l’ambition d’une entente permanente et d’une relation apaisée avec les autres chefs d’Etat qui eux aussi défendent les intérêts de leurs pays. François HOLLANDE, entre deux tours de scooter dans la capitale, a imposé sa vision des choses. Tel un bidochon de la politique populiste moderne, il pensait pouvoir imposer aux 28 États membres, que la France avait toujours raison et que les 27 autres États membres devaient suivre les traces de son scooter dans la rue du Cirque. Mais de porter un casque, ne l’a pas empêché de foncer droit dans le mur en décrédibilisant la France à l’étranger tout comme il apparaît de moins en moins crédible dans son propre pays et ça les autres pays de l’Union Européenne l’ont bien compris.

Nous ne disons pas que l’Europe est parfaite, mais il faut construire une union européenne de consensus, apaisée, de terrain et ambitieuse. Nous savons que ni le Parti Socialiste, ni les extrêmes n’ont cette ambition, ni cette envie, mais ils veulent détruire notre vision de l’Europe alors même que dans une économie mondialisée, seuls, nous ne sommes rien et nous aurons tout à y perdre. La prochaine étape de l’Europe doit être une harmonisation sociale et fiscale, celle de donner à l’Europe les moyens de se protéger du dumping tout en conservant une ouverture sur le monde dans un modèle gagnant-gagnant. Voici la vision synthétique de l’Europe que porte notre jeunesse, et que vous, député européen devait porter car vous construisez notre Europe, celle que vous nous laisserez en héritage lorsque nous accéderons très prochainement aux responsabilités.

Le choix de voter pour l’UMP est de voter pour cette Europe d’entente entre 28 pays, une Europe qui se construit à 28 et qui prend en compte l’intérêt général. Je rappellerai cette phrase de l’économiste Pareto “la somme des intérêts individuels n’est pas l’intérêt général”. Ce qui clairement veut dire, la somme des intérêts de chacun des 28 états membres ne donnera jamais l’intérêt général, il faut donc obtenir à chaque fois un accord satisfaisant pour les 28 états.

L’Europe s’est construite petit à petit, par des hommes et des femmes qui ont su dépasser les haines et esprit de vengeance issues des guerres meurtrières de notre continent. C’est en hommage à ces hommes et ces femmes, pères fondateurs de l’Union Européenne, que nous nous devons d’aller voter le 25 mai prochain. Cet état d’esprit n’est aucunement partagé par les extrêmes qui au contraire opposent les états de l’union entre eux et votent de manière incohérente. Saviez vous que les élus du FN ont voté contre la réforme de Schengen? N’est ce pas incohérent? Il faut donc comprendre qu’à leurs yeux l’immigration et la liberté de circuler ne pose aucun problème.

Tout cela nous l’avons appris et compris grâce à toi, Marie Thérèse, tu es notre député européen depuis le 7 juin 2009, date de ton élection. En cinq ans, Marie Thérèse tu nous as fait découvrir l’Europe par des déplacements à Bruxelles via l’école des cadres. Par de nombreuses rencontres, tu nous as fait prendre conscience de l’action de l’Europe au quotidien en faveur des Pyrénées-Orientales.

Je veux, par anticipation Marie Thérèse, remercier l’ensemble des militants qui font cette campagne à tes côtés, l’ensemble des Jeunes Populaires qui ont à coeur, comme en 2009, de porter cette campagne de terrain et enfin remercier tes équipes en circonscription et à Bruxelles qui depuis 5 ans ont toujours su être à notre écoute.
Cette campagne a été belle, courte et intense. J’espère que tu ne m’en veux pas trop lors du dernier collage pour t’avoir quelque peu arroser de colle. Il faut dire que la méthode Jeunes Populaires n’y va pas de mains mortes, ne serait-ce que par nos communiqués de presse “ on envoie du lourd” !

Dimanche, pour le seul et unique tour de scrutin, nous voterons pour toi Marie Thérèse, nous voterons pour le trio que tu formes avec Michèle ALLIOT-MARIE et Franck PROUST. Car tout au long des cinq ans à venir vous défendrez cette vision d’une Europe résolument tournée vers l’avenir.

Oui, il faut aimer l’Europe, il faut construire l’Europe de demain et c’est pour cela que dimanche nous irons tous voter pour l’UMP.

Vive les Jeunes Populaires, Vive l’UMP.
Vive l’Europe et Vive la France.

 

 

 

Municipales 2014: Les premiers rendez vous de la campagne

Petit a petit l’échéance des élections municipales approche avec l’espoir de reconquête des communes perdues en 2001 et/ou 2008.

Les élections municipales partielles, intervenues au cours de mandature, ont permis de conserver les communes de Perpignan, Canet, Le Barcares et Saint Cyprien. Une commune a aussi basculée à droite en 2010 avec la reconquête de la ville de Saint-Esteve, perdue en 2001, par Robert VILA.

En 2014, notre famille politique devra bien entendu conserver les exécutifs locaux qu’elle détient, mais également conquérir de nouvelles communes pour mettre un terme au plein pouvoir socialiste.

Cette reconquête est en marche, avec de nouveaux candidats se lançant dans cette campagne. C’est le cas de Colette APPERT a Cabestany. Colette était colistiere, comme moi, de Raymond COUDERC et Jean CASTEX aux élections régionales de 2010. Cette dynamique Colette milite depuis plusieurs années à Cabestany pour tenter de reprendre cette commune au communiste Jean Vila, élu depuis 1977 !

Présent samedi dernier à son brunch, on ne peut que saluer son entêtement et sa volonté de proposer une alternative politique aux habitants de la commune.

La campagne municipales 2014 débute petit a petit et l’on pourra compter sur les jeunes populaires pour accompagner les candidats de l’UMP a cette échéance. Il appartient toutefois à ces candidats d’y intégrer également des Jeunes Populaires, les plus actifs et investis, dans les listes. Je m’y emploie particulièrement auprès des élus et candidats pour qu’ils forment cette nouvelle génération qui assurera l’avenir politique de notre famille.

Retour à l’accueil

Passage média: L’UMP craint les divisions à droite

Les jeunesses de l’UMP des Pyrénées-Orientales prennent désormais la parole plus clairement que leurs aînés. En présence de ces derniers, une cérémonie de voeux organisée le 3 février a permis au président des Jeunes Populaires, François Lietta, de fustiger les « bras cassés du Parti Socialiste » et de prévenir d’une division, qu’il a jugée« mortelle » pour sa « famille politique ».

Les Jeunesses de l’UMP des Pyrénées-Orientales, qui affirment ce que leurs aînés taisent sur la scène médiatique, ont animé la cérémonie des voeux du parti, le 3 février dans la commune de Saint-Estève. Leur président, François Lietta, a prononcé un discours vantant les actions de son groupe, réservé aux moins de 30 ans, mais surtout envoyé, au sujet des prochaines élections, des signes approuvés par le président de l’UMP territoriale, François Calvet. M. Lietta, selon lequel les lycées du Pays Catalan et l’Université de Perpignan constituent un « véritable réservoir de jeunes populaires », a tenu à évoquer une « nécessité de préparer les élections municipales », en avertissant que « la division est mortelle pour notre famille politique ».

Allusion à l’UDI, dans citation expresse

Quelques semaines après les frictions opposant Jean-François Copé et François Fillon, l’allusion à l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI) de Jean-Louis Borloo et de Jean-Paul Alduy, président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée, était évidente. Moins finement, dans ce discours juvénile est aussi apparue une attaque frontale au camp d’en face, à la tête de la Région Languedoc-Roussillon et du Conseil général des Pyrénées-Orientales : « Bourquin, Malherbe on en a assez, il est tant d’en changer ! ». Sans réelle élégance ni contenu idéologique, mais avec une vigueur qui a quitté les plus anciens, le jeune Lietta a lancé : « Nous en avons assez de supporter les bras cassés sans talent du Parti Socialiste, qui ne font qu’enfoncer notre département, notre région qui désormais est la première de France pour son taux de chômage ».

Retour à l’accueil

Mon intervention aux voeux de l’UMP des Pyrénées-Orientales

Mesdames, Messieurs,

Les Jeunes Populaires sont les adhérents de moins de 30 ans de notre famille politique qui s’engagent au quotidien pour la défense de nos valeurs, de nos idées et qui seront des acteurs essentiels de la reconquête des territoires perdus.

Pour cela, j’ai mis en place un maillage territorial, pour rendre les Jeunes Populaires plus efficaces. Cela commence par des référents pour les lycées et l’université de Perpignan, véritable réservoir de jeunes populaires. Je veux saluer le rôle de nos partenaires du MET sur l’Université de Perpignan Via Domitia.

J’ai complété ce maillage par la nomination de deux référents par circonscription. Ces référents ont été particulièrement présents auprès de Daniel, Fernand, Jean et Jacqueline. Enfin le dernier pôle d’importance, la I-Force qui milite sur les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et met à jour quotidiennement notre site internet.

Ce travail de terrain, et ces efforts de communication ont payés, car aujourd’hui les Jeunes Populaires sont un mouvement politique, interne à l’UMP parfaitement identifié par les militants, les élus et la presse. En 2012, on compte 25 articles dans la presse locale, 32 sur la presse numérique, 5 passages sur les ondes radio et un passage télévisé.

Pour 2013, nous savons la nécessité de préparer les élections municipales et peut être cantonales, si le gouvernement arrive enfin à se mettre d’accord sur une date. L’espoir fait vivre !

Nous serons aux côtés des candidats sortants, derrière eux pour eux, car nous savons que la division est mortelle pour notre famille politique et ne permet qu’une seule chose la victoire de la gauche. J’invite fortement nos élus, à intégrer des jeunes populaires dans leurs équipes pour les prochaines municipales, car CES Jeunes Populaires que je vous proposerai sont des militants actifs, rodés aux campagnes électorales après avoir participé aux régionales, aux cantonales de 2011 et aux élections nationales de 2012.

La jeunesse est une chance pour préparer l’avenir, nous ne sommes pas une concurrence et nous devons savoir prendre le temps de nous former aux cotes de nos élus.

Ils sont aussi des militants numériques sur internet, notre dernier coup d’éclat sur les talents du conseil général montre notre travail de fond, de recherches et notre capacité à riposter fortement aux nombreux mensonges de la gauche.

Nous espérons également que certains Jeunes Populaires seront des chefs de file pour partir à l’assaut de canton détenus par la gauche, nous avons envie d’en découdre et nous voulons rejoindre sur les bancs de l’hémicycle Jean, Richard, Jean Claude, Mauricette et Véronique.

Nous en avons assez de supporter les bras cassés sans talent du parti socialiste,  qui ne font qu’enfoncer notre département, notre région qui désormais est la première de France pour son taux de chômage. Bourquin, Malherbe on en a assez.

Il est tant d’en changer !

Tel est le programme ambitieux des Jeunes Populaires, conserver nos villes en intégrant les équipes des candidats, prendre part à la reconquête de la région, du département et conserver notre député européen Marie Thérèse SANCHEZ SCHMID

La reconquête est en marche et vous pouvez compter sur les Jeunes Populaires !

 

 
Retour à l’accueil