Communiqué des Jeunes Populaires 66 – L’avenir de l’insertion des jeunes diplômés

Disparition de l’AFIJ, quid de la politique d’insertion?

L’Association pour Faciliter l’Insertion professionnelle des Jeunes diplômés (AFIJ) vient de disparaître du paysage de l’insertion professionnelle après l’arrêt du financement de son activité par l’Etat. Cette décision entraîne également le licenciement des 140 salariés au niveau national.

A Perpignan, de nombreux diplômés étaient suivis par l’association afin de faciliter leur accompagnement vers l’emploi. Un suivi fréquent, des ateliers, des entretiens réguliers avec un conseiller encourageant les jeunes à persévérer dans la recherche d’un premier emploi, chose s’avérant difficile tant au niveau départemental que régional. Face a un Pôle emploi quasi inexistant en matière de suivi, l’association représentait un véritable espoir pour ses membres. Rappelons que décrocher un emploi est une étape indispensable pour atteindre l’autonomie réelle des jeunes. Contrairement à la doctrine de gauche, l’autonomie des jeunes doit s’acquérir par le travail, le gout de l’effort et non par un assistanat à outrance.

Dans les Pyrénées-Orientales, la disparition de cette association intervient au plus mauvais moment. C’est une décision incohérente alors que le taux de chômage du département atteint des records.

Il faut que le gouvernement précise, dans les plus brefs délais, ce qu’il compte mettre en place pour suppléer à la disparition de l’AFIJ. Depuis sa création, cette association avait accompagné, en France, plus de 800 000 jeunes vers l’emploi. Qui le fera désormais?

Il faut que le gouvernement opte pour une politique fiscale plus souple, moins « confiscatoire » pour favoriser la création d’entreprises et d’emplois.

Il faut que le plein pouvoir socialiste change complètement de cap.

Retour vers l’accueil

Municipales 2014: Jean François COPE lancera la campagne

Mercredi 16 octobre, la fédération UMP des Pyrénées-Orientales, les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales, reçoivent le Président de l’UMP, Jean François COPE pour une grande réunion publique pour les élections municipales 2014.

Jean François COPE, Député-Maire de Meaux (77), sera accompagné des parlementaires UMP, François CALVET, Fernand SIRE et Marie-Thérèse SANCHEZ SCHMID pour cette grande manifestation qui intronisera les premiers investis pour les élections municipales des 23 et 30 mars 2014.

Les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales tiendront un stand d’informations sur leurs activités et évènements pour inciter encore plus de jeunes à nous rejoindre. Notre fédération voit de plus en plus de jeunes franchir la porte de notre permanence, située avenue du Général de Gaulle, pour rejoindre notre famille politique afin de mettre un terme au plein pouvoir socialiste.

Ne ratons pas ce rendez vous !

Retour à l’accueil

Le découpage cantonal comme arme anti-échec électoral

Depuis l’arrivée du Parti Socialiste aux plus hautes responsabilités de notre pays, neuf élections partielles se sont déroulées dans des circonscriptions ou cantons à travers l’hexagone.

Le Parti Socialiste a perdu l’ensemble des élections partielles et n’a même pas été qualifiée pour le second tour comme cela est le cas pour l’élection cantonale dans le Var.

Face à ces échecs à répétition, le Parti Socialiste a trouvé une solution anti-échec en organisant un découpage cantonal lui étant largement favorable. Comment éviter une nouvelle gifle? Prenez un Ministère socialiste de l’Intérieur, prenez des élus locaux socialistes et organisez ainsi un découpage pour que chacune et chacun de ces élus s’assurent de retrouver son siège.

Certes, un découpage électoral n’est pas la priorité des Français, mais lorsqu’il s’agit pour une majorité d’assurer sa réélection dans le seul et unique but de se maintenir au pouvoir, cela s’appelle un coup d’état !

Retour à l’accueil

La « Garantie Jeune »: fausse bonne idée

Le plein pouvoir socialiste vient de lancer en phase de test dans plusieurs départements de France la « garantie jeune ».

Dans un premier temps constatons que le département des Pyrénées-Orientales, pourtant le premier en terme de chômage, ne bénéfice pas de cette mesure ce qui révèle encore une fois de plus l’inutilité des parlementaires PS du département.

Dans un second temps, il s’agit a nos yeux d’une fausse bonne idée dans la mesure ou, sans juger des situations individuelles des bénéficiaires, il s’agit encore une fois de développer un système social favorisant l’assistanat au détriment du travail.

Le plein pouvoir socialiste est enfermé dans un cercle vicieux, celui de la récession entretenu par des hausses d’impôts permanentes sur les ménages et les entreprises et la distribution plus importante d’aides sociales sans contrepartie. Ce système vicieux ne permettra pas le retour à la croissance.

Les Jeunes Populaires défendent une baisse des impôts, ainsi que des charges sociales pour les entreprises et les ménages et la refonte du système social Français pour que le travail soit récompensé et non sanctionné.

Retour à l’accueil

Barbecue 2013 des Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales

En pleine période estivale, il est devenu tradition de se retrouver pour un moment convivial afin de décompresser d’une année d’actions bien remplie. Pour cette nouvelle édition 2013, nous avions choisi d’organiser le « Barbecue des Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales »  sur la plaine littoral de la seconde circonscription du Député UMP, Fernand SIRE.

Moment festif et joyeux au bord de la mer avec des activités ludiques et un repas les pieds dans l’eau, vue sur la mer méditerranée.

Ce moment de détente ne nous fait pas oublier l’année électorale qui s’approche avec les échéances municipales de 2014. Ces élections seront le moment pour un certain nombre de Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales d’intégrer les listes municipales de nos candidats UMP investis pour conserver ou conquérir de nouvelles communes.

Merci à notre ami parisien, Christophe, venu nous faire des clichés de cette soirée.

Retour à l’accueil