Lettre ouverte à Elie Puigmal: Vous devez partir

Monsieur le Maire,

Depuis plus de quatre mois vos conseils municipaux se passent dans une ambiance malsaine où les débats tournent au dialogue de sourd entre votre majorité et l’opposition. A deux reprises vous ne vous êtes pas rendu en conseil municipal laissant le soin à votre première adjointe de mener les débats, à deux reprises les conseils ont du être reportés faute de quorum.

Tout cela nuit à l’intérêt de la commune, des dossiers importants pour la commune ne peuvent être traités car vous refusez de répondre à vos opposants sur leurs questions légitimes sur la politique que vous menez concernant la salle multiculturelle et son financement. Lors du dernier conseil municipal, après vos explications dans les médias beaucoup de points devaient encore être expliqués mais vous avez préféré vous lancer dans un discours de politique générale où n’apporter aucun élément nouveau…

Votre majorité a éclaté, neuf élus sont partis en créant un nouveau groupe d’opposition et en laissant une lettre à charge sur votre manière de diriger la ville. Cette lettre aurait du vous faire réagir au lieu de cela vous n’avez rien changé à vos habitudes et votre manière autoritaire et solitaire de conduire la ville a mené à la mise en place d’un marché public avec Boitaclous pour 750 000 € HT ce qui représente dix fois les apports en subventions de la ville de Perpignan à cette association. Cela représente également pour la commune 3 ans de subventions aux associations stéphanoises, deux ans de rénovation dans la commune et un gymnase dont les associations auraient tant besoin.

Vous avez préféré choisir d’engraisser une association perpignanaise en montant un marché public de manière douteuse plutôt que de faire les investissements dont la ville a tant besoin. Je dis douteux, car les déclaration de Marc Pédelhez dans la presse me permet de l’affirmer. Rappelez vous il disait :

“plusieurs centaines de milliers d’euros….il s’agit de couvrir aussi les frais engagés autour de ce projet stéphanois: salariés qui ont travaillé plus d’un an sur le sujet, campagne d’affichage, impression de tracts et de programmes…”

” rien n’est demandé pour le travail réalisé par des salariés de Boitaclous en amont de l’appel d’offre puisqu’à cette époque la mairie de Saint Estève nous avait promis une subvention”

La lecture du marché public que vos services m’ont remis conformément à la loi du 17 juillet 1978, on y découvre un certain nombre d’irrégularités tout comme un ordre de spectacles ressemblant étrangement à la programmation de Boitaclous. Tout cela ne peut qu’amener à se poser des questions sur la réel transparence de ce marché et à se demander si les jeux n’étaient pas faits d’avance.

Il vous reste 4 ans à tenir avec une équipe réduite à 17 membres, soit un seul élu d’avance par rapport à vos oppositions. Pensez vous réellement pouvoir tenir 4 ans de cette façon en ne répondant pas aux questions de votre opposition, en vous absentant des conseils municipaux… avec le risque à chaque conseil municipal que vous n’atteignez pas le quorum. Le pensez vous vraiment?

Je me permets d’en douter car les propos du responsable PS de la section de Saint Estève sont alarmistes, vous faîtes pression sur vos élus dissidents et il précise que ce sont des méthodes dignes d’autre chose que de socialisme.

Le syndicat FO fait savoir que vous avez fait partir une circulaire aux employés municipaux en stipulant que des sanctions administratives ou pénales pourront être appliquées à l’encontre de vos agents. Vous êtes en train de provoquer une chasse aux sorcières comme au Conseil Général, vous êtes en train de mettre une pression sur vos employés municipaux. Vous n’êtes pas en savoir ce que cette pression a provoqué chez des salariés de France Telecom, vous êtes en train d’instaurer un climat identique au sein de vos employés communaux. Est ce raisonnable?

Vous vous êtes défendus sur les ondes de France Bleu Roussillon en estimant que cela était politique, de rancœurs de campagne électorale passées, mais face à une telle tourmente c’est l’intérêt de la commune qui doit primer. Si vous partez il y aura peut être de nouvelles élections et dans ce cas soit vous serez reconduit et j’admettrai m’être trompé sur la vision de Saint Estève par les stéphanois, soit ils choisiront une autre équipe et quelque soit son appartenance politique elle devra œuvrer dans l’intérêt de la commune.

Ce qui se passe actuellement n’est pas bon pour la commune, les dossiers non traités en conseil municipal, les pressions et le climat de suspicion que vous jetez sur des élus de toutes tendances, les menaces sur les employés municipaux, les choix hasardeux en matière de politique culturel, et une hausse de la fiscalité à venir qui est le résultat d’une politique que vous menez seul depuis plusieurs années.

Alors Monsieur le Maire, si vous aimez tant Saint Estève faîtes le choix de partir et de laisser la commune retrouvez sa sérénité et permettre aux élus de se remettre au travail dans l’intérêt de la ville.

Conseil municipal du 16 octobre 2009

Vendredi soir, il est 19h00 et le conseil municipal commence dans une salle bondée où même les balcons sont pris d’assaut. Une partie de la population restera même dehors et devra se contenter du son des hauts parleurs (quand les micros ne sont pas coupés) à défaut de voir la scène.

Dès le départ les 9 élus dissidents décident de se retirer car ils font la remarque qu’il manque un élu à Elie Puigmal (a t’il fait procuration?). Ils semblent avoir de travers la manière dont ils sont traités, les propos dans la presse tenus par le responsable de la section socialiste de Saint Estève peuvent y apporter quelques explications:

« Une collègue élue subit depuis le début de cette affaire des pressions et des intimidations, parce que son fils travaille à la mairie et qu’elle a un commerce. Ces méthodes sont dignes d’autres choses que le socialisme. »

Les deux autres groupes d’opposition choisiront de rester pour obtenir enfin les explications qu’ils attendent depuis juin 2009 mais au cours du conseil elles ne viendront jamais.

Dés le départ le Maire, Elie Puigmal, se lance dans un discours de politique général balançant à tout va des chiffres et des termes complexes pour  tenter d’endormir la population présente dans la salle. Pour la population qui n’avait pas assistée aux précédents conseils autant dire que c’est  incompréhensible.  Pourtant très vite les attaques de l’opposition commencent:

Jean Jacques Vila: « Approuvez vous le comportement de votre première adjointe lors du conseil municipal du 3 aout 2009 où vous étiez absent? elle nous avait promis la parole en fin de conseil, on ne l’a jamais eu… » (voir mon article).

Le maire confirmera l’approuver et repartira très vite dans des explications complexes sur sa politique menée depuis 2001. Il évoquera le désendettement de la commune depuis 2000, en omettant de préciser que cela avait été décidé par la précédent municipalité d’Yves Rousselot et il continuera pendant de longues minutes son déballage des chiffres, espérant probablement que la salle commencera à se vider. Peine perdue !

Et l’opposition arrive à reprendre la parole

Jany Prats Vidal:  » Deux problèmes se posent, celui de la gestion de cette salle et de la gouvernance… sur la salle après 18 mois de gestion, un problème de dysfonctionnement sur la procédure de la commission d’appel d’offres sur Boitaclous…. pour s’en sortir de ce marché il fera appel à deux avocats pour 7500 et 2500 € chacun… je rappelle également le coût de cette salle, 5 000 000 € en 2004, 8 090 315,24 € en 2005, 8 428 589,97 € en 2008, 21 967 350 € en 2009*. Vous avez construit un mauselet sans négociation avec le centre sportif et culturel, ni avec les associations stéphanoises…. circulez y’a rien à voir selon Elie Puigmal… sur la gouvernance, le CM du 17 juin 2009 annulé à 18h59 sur un simple coup de téléphone alors que la population était installée dans la salle… sur boitaclous heureusement que la presse d’investigation s’est chargée de l’affaire, c’est une gabegie… sur l’accès aux documents administratifs ,oui ils sont accessibles mais il y a toujours les verrous qui bloquent la circulation de l’information »

Elie Puigmal:  » Jany Prats Vidal, c’est une femme qui a fait tout les partis politiques la prochaine fois ce sera probablement avec Olivier Besancenot et le NPA »

Robert Vila:  » Sur le désendettement de la ville vous avez enfin dit la vérité, cela a commencé en 2000 par la précédente majorité… votre comportement, votre manière de diriger sont dénoncés par vos 9 élus dissidents, c’est exactement ce que je dénonce depuis 2001, relisez mes tracts de campagne…Force est de constater que vous n’avez pas le quorum et que cela va être dur pour les 4 années à venir. A ceux qui restent, je veux leur dire la responsabilité qui pèse sur eux de devoir en 2010 et 2011 aller voir la population pour leur annoncer que la fiscalité va augmenter… Mr Puigmal vous devez prendre vos responsabilités et vous devez partir « 

Elie Puigmal:  » Ce n’est pas à l’ordre du jour et ce n’est pas vous qui me direz de partir »

Chaque intervention sera accompagné d’applaudissements du public ou de huées, ce qui finira par lasser Elie Puigmal qui n’hésitera pas à menacer de faire expulser la population de la salle. Ambiance ambiance !

Puis l’ordre du jour commence (sans être voté) par :

– remise de 3 délégations par des élus de la majorité

– création d’un 3iéme groupe d’oppositions

– informations concernant le retrait du marché public à Boitaclous

C’est ce point là qui va ranimer les débats de façon plus virulente et dans la contradiction permanente de la majorité.Ainsi Saida Merasli, première adjointe, apporte un démenti officiel sur la révélation de la presse concernant un possible financement de Boitaclous par la suppression d’assistante maternelle. Or les déclarations d’Elie Puigmal sur France Bleu Roussillon disent l’inverse, et après quelques minutes d’échanges vifs avec l’opposition il finira par admettre à nouveau que cela était une piste qui avait été envisagée.La majorité s’embrouille et s’enlise.

Dans un dernier espoir, Elie Puigmal revient sur l’association La Voix du Ribéral, peine perdue encore une fois! le sujet repartira très vite sur Boitaclous.

Robert Vila:  » Au début 2003, j’avais dit une salle, on en a besoin mais polyvalente et accessible à tous. Or aujourd’hui les sièges sont inamovibles, ni sport, ni mariage, ni rifles ne seront possibles. Le coût de la salle a plus que doublé et vous aviez prévu de verser 750 000€ à une association dont le siège est à Perpignan. 750 000€ cela représente 3 ans de subventions aux associations stéphanoise, 2 ans de rénovation de la commune, et un gymnase pour les associations sportives… Si les élus d’opposition n’étaient pas allés en préfecture ce marché alors …. Mais les projets on connait, la bibliothèque on attend, on attend les espaces verts au parking de St Mamet, le bâtiment thermique également… Quel est le retour d’investissement pour cette salle? C’est ce qu’on attend d’un investissement pour tant d’argent… si on veut faire fonctionner cette salle, il va falloir mettre plusieurs dizaines de milliers d’euros, ce sont donc des points de fiscalité en plus. Où on aura un bâtiment vide ou il va falloir payer »

Aucune réponse d’Elie Puigmal, il refusera de donner la parole à d’autres élus d’opposition pour passer à un autre sujet. Il n’aura pas répondu à toutes les questions de l’opposition, tentant à chaque fois de trouver un échappatoire se réfugiant soit dans le mensonge, soit dans une réalité arrangée… mais cela en est de trop pour les élus d’opposition ! Pas de réponses, plus de prises de paroles, ils quittent la salle ! plus de quorum, c’est fini le conseil municipal s’achève sur un air de vu et revu des 4 derniers mois ! pas de réponse et une majorité plus que fragilisée…

Prochain conseil municipal, mercredi 21 octobre 2009 à 19h également.

*les chiffres données proviennent de prise de notes pendant le CM, il est possible qu’une erreur de quelques euros se soient glissés du à la rapidité à laquelle ont été communiqués ces chiffres.

MAJ19/10/2009: L’Indépendant a consacré deux articles de presse sur le conseil municipal (samedi 17 et dimanche 18)

Quand la majorité parle d’elle même

Saint-Estève le 01/09/2009
Monsieur le Maire,
Aujourd’hui nous sommes 9 membres du groupe majoritaire municipal que vous menez depuis mars 2008, signataires de ce document.
En préambule, nous devons vous préciser que notre seule volonté est de représenter avec clairvoyance, honnêteté et rigueur les Stéphanois qui nous ont élus et fait confiance en mars 2008.
Depuis notre élection, nous avons relevé à maintes reprises des dysfonctionnements au sein de la municipalité. Nous avons toujours eu le souci que ces problèmes soient évoqués de façon transparente en groupe majoritaire et nous avons toujours eu à cœur qu’ils soient régulés avec l’ensemble des membres du groupe.
A ce jour, le groupe majoritaire traverse une crise qui fait suite à trois étapes majeures, que nous considérons comme des dérives graves de notre éthique démocratique et du contrat moral que nous avons passé avec la population stéphanoise :
Une alerte sur l’état des finances en décembre 2008. A la suite de quoi, vous vous êtes engagé sur des changements de fonctionnement et sur plus de transparence avec vos élus. Promesses non tenues.
Malgré nos sollicitations, en février/mars 2009 vous travaillez seul pour constituer le budget. Les élus de la majorité sont mis devant le fait accompli de l’augmentation fiscale. Celle-ci n’ayant pour seul but que d’anticiper les dépenses de fonctionnement de la salle multiculturelle. Dossier pour lequel aucun élu n’a été associé au travail.
La gestion catastrophique du dossier de la salle multiculturelle depuis sa genèse avant 2008, jusqu’au montage du projet de fonctionnement mené par vous, et vous seul. Vous avez toujours refusé un travail de concertation sur les objectifs, les modalités de gestion ou même le contenu. Cela a donné un résultat désastreux sur le plan financier et politique. Par manque de connaissance sur ce dossier, nous avons refusé une première fois de signer le marché pour le fonctionnement de cette salle. Nous ne pouvons passer sous silence le fait que vous nous avez donné des informations erronées, afin de nous convaincre de signer cet appel d’offre, alors que nous exigions des garanties financières pour la faisabilité de ce marché, ainsi que l’allègement de la programmation pour en diminuer le coût.
Pour les stéphanois qui devront payer les erreurs de la gestion catastrophique de ce dossier, nous demandons que les responsabilités soient clairement identifiées, politiques ou administratives, et des sanctions prises le cas échéant.
A ce titre, nous ne serons pas solidaires de la problématique du coût et de la constitution du marché, pour le fonctionnement de la salle multiculturelle.
Nous demandons à ce que soit rédigé un compte rendu de la situation actuelle du dossier Boitaclous : contacts, rendez-vous, courriers, compte rendu des avocats, situation légale de la municipalité par rapport à Boitaclous depuis l’annulation du marché. Nous vous demandons de vous exprimer publiquement afin d’assumer pleinement votre responsabilité dans ce dossier.
Selon la situation et votre position vis à vis de nos propositions, notre liberté d’expression prendra tout son sens en conseil municipal et/ou par voie de presse, afin d’expliquer les raisons du report de la première commission d’appel d’offre, et vos engagements non tenus, alors qu’ils ont permis notre vote sur ce marché : sur cette situation qui nous a conduit à nous absenter volontairement en conseil municipal.
Ce contexte a provoqué une crise dans le groupe majoritaire. Aujourd’hui, plus de rencontre, plus de réunion. Une véritable scission s’est créée dans le groupe.
Nous sommes porteurs d’une « charte de bon fonctionnement municipal », dans laquelle figurent des propositions concrètes pour améliorer le mode décisionnel, et permettre la mise en place réelle d’une démocratie participative des élus.
A ce jour, dans un souci d’être force de proposition, dans un acte fort et volontariste, nous vous présentons cette « charte de bon fonctionnement municipal » avec des propositions concrètes, dans le seul but de trouver une issue favorable à la crise que traverse le groupe majoritaire depuis un certain temps.
Dans l’esprit de ce qui vous nous avez vous-même écrit, citation :
« notre politique communale ne peut et ne saurait se réduire à des actions isolées commises par des élus et/ou des collaborateurs. Je demande à chacune et chacun à vos niveaux respectifs de responsabilité de suivre ce processus de travail, de réflexion, d’échange, d’information, de partage, afin que toutes les propositions et/ou orientations soient vues de manière la plus collégiale possible, bien sûr sous la responsabilité de l’adjoint(e) qui manage et veille au bon fonctionnement de sa commission et ne décide jamais seul !! ».
Nos propositions de fonctionnement :
Réunions hebdomadaires avec tous les chefs de services en présence des élus qui le souhaitent afin de permettre un suivi optimal des dossiers par les élus, et dans un souci de transversalité effective entre les services.
Réunions hebdomadaires du bureau municipal.
Cadence régulière et programmée des commissions.
Cadence renforcée des groupes majoritaires avec un ordre du jour préétabli et transmis à tous les élus du groupe majoritaire, annexé de tous les documents nécessaires, pour une clairvoyance absolue.
Séminaire trimestriel.

Nos propositions de délégation de pouvoir :
Mise en place d’une véritable délégation de pouvoir.
Chaque adjoint sera co-responsable de la gestion des crédits alloués à la commission dont il sera président avec les moyens administratifs nécessaires et repérés clairement.
Mise en place d’une co-signature pour tout marché concernant la délégation de l’adjoint. Ceci afin d’éviter d’éventuels abus de pouvoir et la reproduction de certains problèmes.
Accord préalable du groupe majoritaire pour tout marché.
Mise à disposition des directeurs de service sans aucun blocage en amont.
Calendrier des axes politiques prioritaires pour notre mandat
Mise en place de groupes de travail ayant pour thématique des projets structurants pour la commune (liste non exhaustive) : fonctionnement de la salle multiculturelle, politique associative, politique jeunesse, éco-quartier …
Mise en place d’une commission de recrutement. Elle sera chargée d’examiner les candidatures pour les recrutements qui auront été discutés au préalable ou en commission ou en bureau ou en groupe majoritaire.
Concernant le travail sur l’agglo PMCA :
Organisation d’un suivi de la vie communautaire avec réunion bimensuelle pour le suivi des « petits déjeuners des maires ».
Réunions de préparation des conseils communautaires.
Obligation de consulter le groupe majoritaire avant de prendre une position pour tout dossier revêtant une importance capitale (pôle santé, prise de nouvelle compétence …).
Une totale transparence sur le dossier « pôle santé », une véritable implication du groupe dans ce dossier qui sera le prochain gros chantier de la commune.
Concernant le CCAS :
Réunions de travail à cadence régulière avec les élus administrateurs.
Ecriture et calendrier de notre projet social
Préparation des séances de conseil d’administration.
Travail transversal avec les adjoints lorsque des décisions impactent les finances de la commune (développement de l’activité, rallonges budgétaires …).
Nos propositions de méthode pour plus de rigueur :
Ordre du jour préétabli avant tout type de réunion et diffusé dans un délai de trois jours minimum avant la date de la réunion…
Documents nécessaires à l’étude des dossiers fournis au fur et à mesure et à l’avance, au minimum trois jours avant toute réunion.
Relevés de décisions prises en bureau d’adjoints fournis à tous les élus du groupe majoritaire dans un délai de trois jours.
Comptes rendus écrits fournis à tous les élus dans un délai de trois jours maximum pour toutes les séances de groupe majoritaire et des commissions.
Toutes ces propositions, Monsieur le Maire, sont faites dans un esprit constructif.
Notre objectif est de protéger les intérêts des stéphanois, retrouver une dynamique de projet pour notre ville et nos concitoyens.
Nous voulons aussi qu’un modèle de démocratie participative voie le jour de façon réelle et effective, pour garantir à la population que tous les élus du groupe majoritaire prennent des décisions avec un avis éclairé et en leur âme et conscience.
Nous voulons assurer l’intégrité financière de la commune, avoir de vrais projets pour notre ville, aider les associations et la vie de notre village en adéquation avec nos valeurs. Ces valeurs qui nous ont réunis en 2008 et qui nous semblent parfois loin des préoccupations municipales sur certains dossiers.
Nous demandons une véritable réflexion sur les objectifs de ce mandat.
Nous demandons à ce que ce document soit lu et approuvé par le groupe majoritaire, en présence des directeurs de service, qui prendront acte de la note interne pour la mise en place de la nouvelle organisation fonctionnelle.
Les 9 élus que nous sommes, travaillons avec acharnement depuis notre élection pour que la municipalité aide la ville de Saint-Estève à évoluer dans une dynamique de clarté, de transparence et clairvoyance.
Devant la confiance que les Stéphanoises et les Stéphanois nous ont donnée, nous ne démissionnerons pas, afin de rester les garants de la gestion des deniers publics.
Ces propositions vont dans le sens d’un travail collectif et donc dans l’unité avec le groupe majoritaire. Nous demandons donc à reprendre le travail municipal avec toute la transparence nécessaire pour le respect de cette charte, et la garantie de la cohésion du groupe.
Dans l’attente d’une étude sérieuse et approfondie de votre part, pour l’intérêt des stéphanois, espérant vivement une réponse positive, veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments dévoués.
Emita DIAZ DE BEGAR Elisabeth BRUZY
Christian FLAMENT Victor BERDU
Guillaume CANO Jean Sébatien HAYDN
Philippe PIDEMUNT François BORGIA
Mathieu KHEDIMI

Le probable déroulement de l’affaire Boitaclous

Avec le recul et les derniers rebondissements de l’affaire Boitaclous, il est désormais possible de dresser une ébauche réaliste de ce qui a pu se passer entre la mairie de Saint Estève dirigé par Elie Puigmal et l’association Boitaclous.

Tout à du commencer vers mi 2008 lorsque l’association Boitaclous est contacté pour apporter son expertise sur la salle multiculturelle. Profitant de son expertise, la ville propose une subvention à Boitaclous pour que l’association s’installe dans cette nouvelle salle qui prend la forme d’un véritable théâtre. Boitaclous prépare son projet et à cet effet dépose en Septembre 2008 la marque « Saint Estève- Capitale du Spectacle » auprès de l’INPI. Boitaclous se prépare et la ville fait le nécessaire pour verser une subvention de 750 000 euro à Boitaclous. Or c’est là que ça coince, le montant de la subvention est trop élevé il faudra donc passer par un marché public. Or à un marché public plusieurs structures peuvent y répondre et le marché pourrait echapper à Boitaclous. La solution? Truquer le marché en étant sure que seul Boitaclous pourra y répondre et l’obtenir. Comment procéder?

Le cahier des charges est rédigé en le calquant complétement sur la programmation de Boitaclous. Ainsi dans l’ordre on lit sur le marché qu’on commence par un spectacle comique d’une catégorie précise (la catégorie classe les artistes selon leur notoriété entre autre) et ainsi de suite… de faite que cela correspond parfaitement à la programmation de Boitaclous.

Premier couac, Anim’Passion répond également au marché mais contrairement à Boitaclous n’annonce pas les artistes qu’ils feront venir. La raison est simple, Anim Passion ne sait pas encore quel artiste pourra venir dans la mesure où une programmation est faite plusieurs mois à l’avance. Cela est d’autant plus vrai pour des artistes nationaux célèbres et dont l’agenda est plein plusieurs mois voire années à l’avance.  Mais la solution pour éliminer Anim’Passion est vite trouvée il s’agit alors de noter la qualité des dossiers présentés par les deux structures. Et là Boitaclous a eu plusieurs mois pour le rédiger alors qu’Anim Passion seulement quelques semaines… et donc là Boitaclous gagne 0,5 points de plus et  remporte le marché.

Second couac, cela ne se passe pas comme prévu, des voix s’élèvent dans la population puis dans l’opposition municipale. Le maire perd pied et ne se rend même plus dans les conseils municipaux. La presse s’empare de l’affaire et le scandale éclate au grand jour….

Les liens entre l’association et le clan Bourquin- Amiel Donat ne sont pas à démontrer, Thierry Meier qui est salarié de Boitaclous était sur la liste de Jacqueline Amiel Donat en Juin 2009, tout comme Jacqueline Amiel Donat siégeait au  conseil d’administration. Ainsi en permettant à Boitaclous de quitter Perpignan pour Saint Estève, Elie Puigmal rend un énorme service et au passage rémunère 10 fois plus Boitaclous que la capitale départementale.C’est tout bénef pour Boitaclous ! Un déménagement pour 10 fois plus d’argent public l’opération est très rentable.

Et pour ce service rendu, Elie Puigmal se devait d’être récompensé ! cela pourrait l’être en récupérant les postes de Jean Codognès. Durant l’été il récupère le siège de Jean Codognès au conseil d’administration de l’Université en attendant de remporter probablement celui de Vice Président du Conseil Général si tout s’était passé comme prévu

Mais avec l’affaire Boitaclous la promotion d’Elie Puigmal à la vice présidence du Conseil Général a été compromise, du coup le siège reste vacant…. et la justice pourrait s’interresser à cette affaire Boitaclous. Rappelez vous, l’hebdomadaire Marianne annonçait que deux villes de gauche vont être concernés par une opération main propre qui a commencé à Saint Cyprien. Il ne fait désormais plus de doute que Saint Estève pourrait être l’une d’elle…

Les déclarations du Président de Boitaclous accablent Elie Puigmal

Les récentes prises de parole du Président de Boitaclous dans la presse ne vont pas arranger les affaires du maire socialiste de la ville de Saint Estève. Ainsi les 11 et 12 septembre 2009, Marc Pédelhez s’exprime à nouveau sur le retrait du marché public de 750 000 euro HT qui avait été donné à l’association-entreprise Boitaclous.

Rappelons que ce marché avait été retiré par le maire de Saint Estève qui cherchait une porte de sortie après le tollé provoqué par l’annonce de cette subvention. La crise politique étant toujours d’actualité sur la commune puisque le maire n’a toujours pas répondu aux questions de l’opposition et qu’il s’apprêterait à retirer les délégations de huit membres de la majorité.

Mais revenons aux déclarations de Marc Pédelhez, ainsi dans l’Indépendant il confirme que Boitaclous a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Montpellier pour demander des dommages et intérêts à la ville, ainsi il déclare:

« plusieurs centaines de milliers d’euros….il s’agit de couvrir aussi les frais engagés autour de ce projet stéphanois: salariés qui ont travaillé plus d’un an sur le sujet, campagne d’affichage, impression de tracts et de programmes… »

 » rien n’est demandé pour le travail réalisé par des salariés de Boitaclous en amont de l’appel d’offre puisqu’à cette époque la mairie de Saint Estève nous avait promis une subvention »

Ces deux déclarations ne font que confirmer mes doutes sur l’existence d’arrangement entre la mairie de Saint Estève et Boitaclous. Puisque la subvention n’a pu être accordé en raison de son montant trop élevé alors le choix d’un marché public arrangé a pu être choisi. Marc Pédelhez confirme la complicité de la structure qu’il dirige avec la ville de Saint Estève. L’affaire Boitaclous continue …

Le marché avec Boitaclous est irrégulier

C’est la préfecture lors du contrôle de la légalité du marché passé par la commune de Saint Estève avec l’association Boitaclous qui a annoncé que le marché était truffé d’irrégularités.

Du coup le Maire Elie Puigmal qui cherchait une opportunité de se sortir de ce scandale politico-financier a retiré le marché à Boitaclous qui perd ainsi 750 000 €. Rappelons que sur la ville de Perpignan ils ne touchaient que 75 000 € pour une prestation équivalente.

Boitaclous a lancé un avocat sur le sujet, probablement Jacqueline Amiel Donat, pour tenter d’obtenir réparation s’estimant lésé. La mairie de Saint Estève a également fait de même ! Cela promet dans les prochaines semaines. Entre le recours d’Anim Passion, le différent entre Boitaclous et la commune….

Mais l’affaire pourrait ne pas s’arrêter là en effet, selon l’hebdomadaire Marianne du 1er août « deux villes gérées par le PS seront concernées par cette opération mains propres ». Il faut donc comprendre que des suites judiciaires vont avoir lieu comme à Saint Cyprien…. Saint Estève pourrait être l’une d’elle. Le temps nous le dira!

Revenons aux certitudes d’aujourd’hui, le marché est irrégulier. L’un des points retenu est que ce marché n’était pas destiné à un seul prestataire pour les différents lots. Ainsi les trois lots ( spectacles, billetterie, location de la salle) peuvent être distribués entre les différents prestataires. Si l’on reprend les trois lots, Boitaclous n’était pas en état de remporter la majorité des lots.

– lot 1 (spectacles) la meilleure offre en terme de prix est Boitaclous. Boitaclous demandait une aide moins forte de la commune sur ce premier lot.

– lot 2 (billetterie) la meilleure offre en terme de prix est  Anim’Passion. Les recettes de billetterie étaient moindres pour Anim Passion. Chaque spectateur paierait moins chère sa place que chez Boitaclous.

– lot 3 (location de la salle) la meilleure offre en terme de prix est Anim’Passion. La rémunération de la location de la salle était supérieur de 14 000 €. Ainsi Anim’Passion se propose de payer plus cher la location de la salle, et donc plus de recettes pour la commune.

Comme on peut le voir Boitaclous n’était pas en position de force si l’on regarde chaque lot au détail!

L’affaire « Boitaclous » n’en est qu’à l’introduction !