Christian Bourquin, Président de région, cela va t’il réellement changer quelque chose?

Après la brutale disparition de Georges Frêche, la majorité socialiste s’est rapidement réunie pour désigner Christian Bourquin comme successeur du défunt Président. Ce choix est il réellement signe de changement ou de continuité du clientélisme?

Ce n’est pas un secret, Christian Bourquin se montre particulièrement généreux avec les municipalités de son bord politique, méprisant de facto les autres en les privant des subventions départementales. Il avait certainement appris cela auprès de Georges Frêche qui pendant la mandature 2004-2010 a surdoté Montpellier et ses alentours. Ainsi pour un projet identique ,si il se situait dans l’Hérault le financement de la région pouvait être le double que si il avait été proposé dans les Pyrénées Orientales. De plus la Région sous Georges Frêche finançait également des projets qui n’étaient pas dans le domaine de compétence de la Région. Le seul critère étant qu’il se trouve dans l’Hérault. Christian Bourquin, Vice Président de la région laissait faire…

Aux dernières élections régionales, Christian Bourquin s’est laissé imposer la présence de deux héraultais en position éligible sur la liste départementale des Pyrénées – Orientales. C’était déjà toujours plus pour l’Hérault et moins pour les P-O.

Les dossiers ne manqueront pas concernant les Pyrénées Orientales, on peut évoquer l’aéroport de Perpignan à l’état de mort clinique, le lycée d’Argelés qui devait ouvrir depuis plusieurs années…. Pour tout ces dossiers, Christian Bourquin était déjà là via le département et qu’a t’il fait ?

Ce qui va changer ? La communication régionale va devenir encore plus présente et il essaiera de vous faire croire qu’il agit comme il tente déjà de le faire croire depuis 1998 !

Languedoc Roussillon: quatre années pour une vie de pacha au détriment de l’emploi

Depuis 2004, l’executif régional dirigé par Georges Frêche et son représentant local Christian Bourquin a brillé par sa capacité à faire exploser les budgets de prestige au détriment des réelles compétences de la région.

Grâce à la gauche caviar du Languedoc Roussillon on a pu découvrir les joies d’avoir un seigneur local inféodant ses sujets et dont le seul objectif est de vivre dans le luxe de plus en plus visible. Ainsi dés son arrivée aux commandes, Georges Frêche fait acheter par la région un véhicule Volkswagen TOUAREG pour une valeur de 53 000 €. Jacques Blanc son prédécesseur roulait en Renault Vel Satis. Pas assez luxueux probablement ! Exit la France vive l’Allemagne.

Georges Frêche et Christian Bourquin ont augmenté le budget de la communication de 460% pour atteindre 95 millions d’euros. Il est vrai que la Septimanie est passée par là et tout les panneaux ont poussé dans le vide pour vendre de la tramontane. New York, nouvelle province du Languedoc Roussillon sur le sol américain a perçu 633 300 € pour construire la maison de la région. Et enfin Lénine a désormais sa statue pour 170 000 € à Montpellier. Le tout au détriment des réelles compétences de la région. Georges Frêche et Christian Bourquin se font plaisir et nous on trinque !  Bienvenue en Septimanie.

Et pour financer toutes ces excentricités les impôts ont augmenté de 120%  …

Et on a encore  pour 4 ans…

Georges Frêche, son naturel revient au galop

Pendant la campagne des régionales 2010, j’étais candidat sur la liste de Jean Castex et de Raymond Couderc. Nous avions lors de nos déplacements, de nos réunions publiques pu prendre la température de diverses structures sur les aides de la région.

On avait à chaque fois fait le constat que si vous n’étiez pas pro-Frêche ou pro-Bourquin vous ne pouviez rien obtenir de la région Septimanie. Dernièrement Georges Frêche avait su draguer les catalans en  promettant la lune pour récupérer des voix.

Désormais Georges Frêche a décidé de sanctionner les associations proches des élus qui se trouvaient sur la liste d’Héléne Mandroux. Rappelez vous dans notre département c’était Jacqueline Amiel Donat qui menait cette liste alors que six mois avant elle vénérait Georges Frêche et Christian Bourquin. Opportunisme et pouvoir quand tu nous tiens !

L’information a été rendu publique par le journal communiste « L’Humanité » :

 » Georges Frêche a été nommé à l’unanimité Président du CHU contre Héléne Mandroux »

 » Le Conseil Général de l’Hérault, dirigé par André Vézinhet, adversaire proclamé à Georges Frêche constate que ces aides régionales… diminuent à vue d’oeil »

 » Le gendre d’André Véhinzet remettait sa demission de Président du Montpellier Hérault Rugby  après les menaces de voir le club privé de ses subventions »

Le naturel de Georges Frêche revient au galop, il est loin le temps des promesses électorales.

Christian Bourquin, le dauphin désavoué

Pendant la campagne des élections régionales de Mars 2010, on avait pu constater la politique de reconquête de l’opinion catalane par le Président de Région sortant, Georges Freche.  L’Empereur de Septimanie s’était distingué pour son mépris envers l’identité catalane et les catalans en général.

En effet, nous avions eu la mauvaise idée de faire capoter son projet de changement de nom de la région Languedoc Roussillon en Séptimanie, lorsque plusieurs milliers d’habitants et des élus de droite manifestérent contre son projet. Si je cite les élus de droite c’est qu’aucun élu de gauche du Parti Socialiste catalan n’avait osé publiquement à s’opposer à la Septimanie.

Depuis « les catalans me font chier… mais dans deux ans je reviendrai les voir en leur disant je me suis trompé… et ils en reprendront pour six ans », ces propos sont de Georges Frêche lors d’un cours à ses étudiants. Alors Georges Frêche tenu promesse, il revient nous voir et mis en place sa stratégie de reconquête de notre département pour la cause Frêchiste. Pour cela il nous a promis de mettre en avant un catalan pour prendre sa succession à la tête de la région en la personne de Christian Bourquin. Les médias locaux s’empressent de reprendre la nouvelle « Si je suis réélu à la région » (…) J’ai promis la région à un ami, probablement un Catalan ».

Nous promettre un Président de Région Catalan , après nous avoir consacré que 6% des crédits de la région alors que nous représentons 17% de la population, c’était une promesse en or. D’autant que le signataire des chéques était Christian Bourquin,vice président en charge des finances, l’homme qui avait accepté de surdoter la région Montpellieraine en crédit et d’abandonner son département d’origine. Cette promesse ne pouvait être crédible qui si le concerné y croyait vraiment. Christian Bourquin accepte donc de placer deux héraultais sur la liste des Pyrénées Orientales, il accepte de sous représenter le département à la région. Christian Bourquin s’est il fait berner?

La réalité démontre qu’encore une fois nous sommes méprisé, il y a deux héraultais qui sont élus pour représenter les P-O (cherchez l’erreur?) , Christian Bourquin numéro deux de la région entre 2004 et 2010 a été rétrogradé à une place inférieure et il ne sera pas le dauphin qu’il espérait tant !

En effet, Georges Frêche est désormais en convalescence,  et pour faire tourner la maison Languedoc Roussillon pendant ces prochains mois ce sera l’Héraultais François Delacroix qui s’occupera de l’intérim. Si Georges Frêche croyait tant en Christian Bourquin pourquoi l’a t’il rétrogradé, pourquoi ne lui a t’il pas confier l’intérim? De là à penser que le dauphin catalan se transforme en dauphin héraultais il n’y a qu’un pas !

Quand nos impôts financent la fête de Christian Bourquin

Lors des résultats du 1er et 2nd tour avec l’équipe de Jean Castex, nous étions dans notre permanence électorale située à Perpignan et louée sur les comptes de campagne. Christian Bourquin lui a opté pour le Conseil Général. Que faisait il avec son équipe, ses militants au Conseil Général un dimanche soir?  Le Conseil Général a servi de QG de campagne pour l’équipe de Christian Bourquin.

Le Conseil Général est financé par les  impôts, et n’appartient pas à un parti politique… Il est anormal que Christian Bourquin se soit amusé à faire la fête dans les locaux de l’institution départementale.   Cela signifie que les impôts financent la campagne de Georges Frêche et son représentant local. C’est intolérable.

Lors des dernières élections municipales, législatives, chaque élu avait loué une permanence de campagne pour y faire son QG, des réceptions et découvrir les résultats des élections… Tous sauf un, Christian Bourquin qui confond denier public et denier privé.

Les abstentionnistes détiennent la clé du scrutin

Les électeurs se sont exprimés pour le premier tour des élections régionales. Le grand gagnant de ce scrutin n’est pas le Président sortant mais l’abstention qui approche les 55% sur la commune de Saint Esteve.  Dans notre commune sur les 8583 votants, seul 3902 sont allés voter pour choisir l’équipe qui dirigera la région pour 4 ans.

Les résultats sur la commune sont comparables à ceux obtenus par les listes sur le département. Après ce premier tour, je suis aujourd’hui le seul stéphanois encore en course pour les élections régionales sur la liste de Raymond Couderc et Jean Castex. La seconde stéphanoise, Emita Diaz de Begar, conseillère municipale qui était sur la liste de Héléne Mandroux n’a rassemblé que 6,76% des suffrages.

Dimanche 21 mars, ce sont les abstentionnistes qui détiennent la clé du scrutin, ce sont eux qui devront choisir si ils veulent que Georges Frêche et son représentant local Christian Bourquin continuent de centraliser les crédits sur Montpellier où si ils souhaitent une meilleure répartition sur l’ensemble des territoires de notre belle région. Ils devront également choisir si notre région doit continuer à dépenser 80 à 100 millions d’euros par an en communication alors que la formation ne reçoit que 50 millions d’euros. Faut il privilégier la propagande à l’emploi?

Les abstentionnistes et ceux qui veulent en finir avec la gestion Frêche qui doivent se mobiliser. Sans eux, rien ne sera possible !