Séance publique du Conseil Général du 27 juillet 2009

Lundi 27 juillet 2009 je me suis rendu à la séance publique du Conseil Général des Pyrénées Orientales pour la présentation publique du rapport de la Chambre Régionale des Comptes (CRC). Déjà pour entrer au Conseil Général il faut être motivé, se présenter à la secrétaire qui vous ouvre une porte fermé magnétiquement puis direction le premier étage où un autre salarié du conseil général vous guide vers l’entrée de la salle du conseil. A Perpignan, c’est plus simple, les portes sont grandes ouvertes. N’est ce pas d’ailleurs une obligation légale?

Sur les thèmes abordés, on peut citer le transport combiné, le syndicat mixte de l’aéroport, la biodiversité…

Le public est nombreux, tout comme la presse venue en masse. Seulement Christian Bourquin choisit de traiter l’ensemble des autres dossiers avant celui du rapport de la cour des comptes. Il est 9h40 à l’ouverture de séance, et lorsque arrive le rapport de la cour des comptes il est  déjà 13h….

Aux commentaires sur ce rapport, l’opposition désorganisée n’a pas su déstabiliser Christian Bourquin pour qui le rapport est un satisfecit. Ce manque d’organisation n’a pas permis au débat de prendre. Seul quelques membres NI (Jean Codognès et Christian Blanc) et Jean Rigual du groupe UMP ont pris la parole pour attaquer cette satisfaction permanente de Christian Bourquin. Dommage il y avait tant à dire et si les 5 autres conseillers généraux du groupe UMP avaient pris la parole ce rapport de 10 ans de Bourquinisme aurait pu être un grand moment d’opposition. La majorité a su s’organiser en prenant la parole à tour de rôle, certains lisant un texte d’allégeance à la politique de Christian Bourquin.

Parmi les petites phrases on notera :

A propos du changement de sexualité des coraux au bout de 10 ans, Christian Blanc de se lancer  » C’est comme les socialistes, ils le sont pendant 10 ans »

A propos de sa « démission » de la vice présidence, Jean Codognès  » Vous êtes un habitué des prêtoirs ». Christian Blanc s’étonne de cette méthode employé par Christian Bourquin et dont la vice présidence tournante est ignoré des conseillers généraux « comment voulez vous que les gens se retrouvent dans ce système, vous avez une part de responsabilité dans l’abstention »

A propos du rapport de la cour des comptes, Christian Bourquin  » le rapport de Mr Bruner est un satisfecit….. Y’a que les attardés qui peuvent critiquer »

A propos du désendettement , Jean Rigual « vous faites du désendettement en ponctionnant dans la poche des contribuables »

A propos des subventions aux grands clubs sportifs, Christian Blanc  » vous avez supprimé les sorties à la neige… 1M€ de subventions à une entreprise, pourquoi tant à une entreprise? …. vous venez de fermer le centre de Puyvalador alors que la ville a investi 500 000€ dans la mise aux normes….je n’accepte pas l’utilisation politicienne du sport… il faut arrêter de subventionner la dérive des grands salaires dans le sport »

A propos du rapport de la cour des comptes, Jean Codognès  » Ce rapport donne une vision objective de ce qui a été fait depuis 10 ans…. les comptes ne sont ni fiables,ni sincères… il est impossible de connaître au centime près les dépenses de communication…. la loi de 2005 sur la transparence n’est pas mise en place… les dépenses de communication sont supérieures à celles de l’Hérault avec son million d’habitants…. après 10 ans de gestion, 15,2% de la population est couverte par les minimas sociaux contre 8% en moyenne en France… 6 M€ dans la communication, c’est indécent alors que l’Université est dans un état lamentable, même si cela est hors de notre compétence, il faut investir dans le pôle DERBI, dans la recherche….  vous refusez systématiquement de subvention la Casa Musicale…. l’affaire Synthése* on communique efficacement avec moins d’argent. »

* « Synthése » est l’agence de communication qui rafle les marchés de communication du CG66, avec des prix bas puis avec un paquet d’avenant pour finalement être plus chère que les autres..  l’agence est devenue depuis « Sens Inédit »

Christian Bourquin supprime les symboles de la République

avantaprés

L’avez vous remarqué? Sur la façade du Conseil Général se trouve une horloge rétro illuminé avec sonnerie toutes les heures. Christian Bourquin en est fan, il suffisait de venir aux réunions publiques du « candidat » Christian Bourquin pour s’en rendre compte.

Mais cette horloge n’est pas venue combler un vide sur la façade de l’hôtel du département, elle est venue y remplacer trois drapeaux. Ainsi a disparu de la façade:

-le drapeau Français, le drapeau Catalan et le drapeau européen

Chapeau pour un ancien député de la République Française qui en liquide les symboles sur l’institution qu’il dirige. Pourtant tout établissement public se doit d’avoir au moins un drapeau. A quand la mise en place d’un logo géant sur la façade?

Mort d’un impôt

Le candidat Nicolas Sarkozy l’avait promis, une fois élu cela devient une réalité. Le projet de loi présenté hier par Christine Lagarde prévoit la suppression de la taxe professionnelle. Cet impôt qui est considéré comme un impôt « imbécile » va disparaître. Il faut dire que cet impôt était contre productif puisqu’il s’agissait d’un prélévement sur l’investissement des entreprises avant même que cet investissement soit rentable.
Il n’y avait pas mieux pour freiner l’activité économique et décourager les entreprises à se lancer dans un lourd projet d’investissement.

Avec la TVA à 5,5% et la suppression de la taxe professionnelle, le Président de la République continue sa bataille pour une baisse de la fiscalité au niveau national. Dommage que nos régions et départements choissisent la voie inverse en augmentant de façon exponentielle la fiscalité locale. Augmentation d’autant plus scandaleuse en période de ralentissement économique et lorsque cela sert à financer de la communication à outrance où la mise en place de bornes publicitaires le long des routes.

Election municipale de Perpignan

Les résultats du premier tour de l’élection municipale de Perpignan placent très nettement en tête le maire sortant, Jean-Paul Alduy, soutenu par l’UMP, à 40,35%, dans un résultat supérieur à celui qu’obtenait le premier au premier tour de 2008.Cette performance dépasse les pronostics de deux sondages.

En deuxième position, Jacqueline Amiel-Donat, tête de liste PS, qui recueille 24,75% des suffrages.

En troisiéme position,Jean Codognès, divers gauche à 14,19%.

Le candidat FN Louis Aliot, 9,42%, et François Rivière,  7,79%, Michaël Cufi du NPA, à 2,46%, et le sans étiquette Raymond Faura, 1,04% seront privés de second tour.

Au premier des tour des élections de 2008, Jean-Paul Alduy avait réuni 38,88% des suffrages, ”l’Union de la gauche” de Jacqueline Amiel-Donat avait rassemblé 20,16 %, Jean Codognès 15,12%, le Front National Louis Aliot, 12,29%, tandis que 8,53% revenaient à Clotilde Ripoull, du Mouvement Démocrate, et 5,02% à l’extrême-gauche, menée par Michaël Cufi.

Le deuxiéme tour s’oriente donc vers une triangulaire Jean Paul Alduy- Jacqueline Amiel Donat- Jean Codognès.

Jacqueline Amiel Donat ou l’incompétence mise à jour

Il n’a pas fallu longtemps à Jacqueline Amiel-Donat pour ressembler à sa probable idole Ségolène Royal. Première phase du programme, première bourde.

Quand elle parle du Théâtre de l’archipel, Jacqueline Amiel Donat fait ainsi ressortir sa haine de la culture populaire, préférant la confier à des organismes privées qui proposent un éventail vaste de programme culturel avec des têtes d’affiches mais inabordable pour le commun des mortels. Il est vrai que son mentor, Christian Bourquin lui a montré la voie en subventionnant à outrance Boitaclous pour un public élitiste et très aisé.

Le théâtre de l’archipel doit remédier à la carence du Conseil Général a proposer des programmes de qualité accessible à tous, mais voilà Jacqueline Amiel Donat ne l’entend pas de cette oreille et elle privilégiera certainement de nouvelles aides à Boitaclous… Finalement elle nous propose un système clientéliste. Si tu es un de ses amis, alors tu bénéficieras de son soutien et de différentes aides, mais si tu ne l’es pas, et pire encarté à droite alors tu te verras enfoncer par Jacqueline et ses amis.

Que nous propose t’elle pour le théâtre de l’archipel?

« mettre un terme à ce trop onéreux projet » et quelle solution de remplacement?  aucune n’est détaillé si ce n’est que tout s’arrête sans alternative. Jean Codognès qui de part son passé de Député, connait un peu mieux la gestion d’une collectivité et sait que cela n’est pas possible et il marque bien sa différence par rapport à Jacqueline Amiel Donat qui confirme son incompétence sur ce dossier. On vous laisse imaginer sur les autres. Elle essaie de nous faire croire qu’elle tentera « une solution juridique qui ne coutera pas un centime » c’est une belle parole, une utopie certainement mais Jacqueline Amiel Donat ne donne aucun élément détaillé, preuve qu’il s’agit encore d’un pure fantasme. Elle préfère alors nous reparler de fraude massive car elle sentait qu’elle s’embourbait à nouveau.

Ce rejet de la culture et les réactions déconnectés de Jacqueline Amiel Donat m’inquiète sur la gestion de la ville si elle venait à remporter les élections. Les bourdes commencent mais elles sont révélatrices sur leurs auteurs.  Pour Jacqueline Amiel Donat on a bien compris.
Les Perpignanais en seront avertis et c’est à eux qu’il appartiendra de faire le bon choix