Avec Danièlle Pages au lancement du rallye des Fenouillèdes

Samedi 19 novembre, j’ai accompagné Danielle PAGES- candidate à l’élection législative sur la troisième circonscription des Pyrénées-Orientales, au départ du 34ème rallye des Fenouillèdes à Ille-sur-Têt. Cette course automobile est un moment fort de la vie locale de cette troisième circonscription.  Cent vingt huit coureurs, deux cent cinquante bénévoles mobilisés pour la réussite de ce rallye de 348 km de long.

15032824_759803874159700_5944620879173140971_n
15135972_759803514159736_275018255764735969_n
15056335_759803424159745_7311630832430042807_n

15171014_759803584159729_1772710965568235081_n
Être présent avec Jérôme GARCIA – nouveau talent prometteur sur la ville , Jean CASTEX – Conseiller départemental et Maire de Prades, Paul MIFFRE – Délégué de la troisième circonscription, c’est démontrer que nous sommes une droite unie autour de notre candidate pour les prochaines échéances de 2017.

Dimanche, les Jeunes Populaires votent « Catalans Gagnants »

Dernière ligne droite de la campagne départementale dans les Pyrénées-Orientales. Dès le premier tour, les électeurs des Pyrénées-Orientales ont fortement rejeté la majorité sortante. Un choix qui doit être confirmé dans les urnes dimanche 29 mars lors du second tour de l’élection départementale.

Le 29 mars, les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales voteront  » Catalans Gagnants » pour donner un nouveau souffle dans le département avec Jean CASTEX.

Appel du second tour de Jean CASTEX – à télécharger

Le Programme Départemental- à télécharger

Mon intervention aux voeux 2014 de l’UMP des Pyrénées-Orientales

Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs,

Je souhaite débuter mon intervention en vous souhaitant une très bonne année 2014. Cela fait partie de l’usage et de nos traditions, mais mes voeux sont les plus sincères pour vous toutes et vous tous qui formez la fédération UMP des Pyrénées- Orientales .

Vous souhaiter une excellente année, car je sais combien chacune et chacun d’entre vous souffrent de voir que le Parti Socialiste détienne tous les pouvoirs de notre République.

En 2013, les Jeunes Populaires ont poursuivi les actions de militantisme, nous avons été réactifs face à l’actualité via de nombreuses réactions et prises de positions face à la politique locale et nationale.

Nous avons également souhaité innover en organisant un débat entre les principaux mouvements jeunes du département. Il aura été l’occasion de confronter nos points de vue, d’échanger et de débattre pour avant tout donner notre vision de la France qui s’avère bien différente.

2014 est une année électorale.

Pour la première fois depuis 2012, le peuple de France va pouvoir s’exprimer dans les urnes et mettre un terme, si il le souhaite, au plein pouvoir socialiste.

C’est pourquoi les Jeunes Populaires des Pyrénées-Orientales ont toujours émis le souhait de s’engager aux côtés des candidats de l’UMP pour les élections municipales.

Vous le savez, les Jeunes Populaires, sont de tous les rendez-vous électoraux. Pour les élections municipales, nous avions envie d’être acteurs de nos communes pour participer à sa gestion et y élaborer de grands projets.

De nombreux candidats ont donc répondu favorablement à nos propositions d’intégrer leurs listes. Et je les en remercie vivement. Je ne nommerai ce soir, ni les candidats ou élus, ni les Jeunes Populaires qui intégreront des listes municipales.

Vous comprendrez que je doive laisser chaque candidat maître de son calendrier pour dévoiler sa liste. Mais même si je ne peux pas les remercier individuellement,je souhaite les remercier collectivement de m’accorder leur confiance ,mais aussi leur exprimer ma gratitude au nom de ces jeunes qui les accompagneront et surtout je l’espère les mèneront jusqu’à la victoire.

En faisant confiance aux Jeunes Populaires, vous avez fait le choix de former une nouvelle génération qui souhaite s’engager pour notre famille politique et votre commune.

Cette formation est indispensable pour préparer le renouvellement qui devra se faire avec les années qui vont s’écouler. Il est important que notre famille politique se prépare à ce renouvellement et prépare de nouvelles têtes qui pourront dans six, douze ou dix-huit ans vous remplacer avec toutes les compétences nécessaires.

Je dirige les Jeunes Populaires des Pyrénées Orientales depuis octobre 2009 et depuis 4 ans et demi j’ai énormément appris de cette fonction. J’ai fait des rencontres formidables, j’ai vécu des campagnes électorales intenses, j’ai été formé par mes aînés et j’ai découvert un univers qui me semblait inaccessible et mystérieux lorsqu’on n’a aucun contact ou aucun proche qui fait de la politique. Désormais j’y suis plus à l’aise et j’y fais mon chemin petit à petit. Mais aujourd’hui à presque 30 ans, je me dois statutairement d’envisager de passer la main à un nouveau ou une nouvelle responsable départementale des Jeunes Populaires.

C’est ce que je ferai en quittant mes fonctions au cours du quatrième trimestre.

Je laisserai alors une fédération des Jeunes Populaires dynamique a laquelle j’ai tenté d’apporter ma touche personnelle et ma contribution ,comme l’ont fait mes prédécesseurs et comme le fera mon successeur.

Je veux lui souhaiter de poursuivre ce que j’aurai réussi, de corriger là ou j’ai échoué et de pouvoir porter toujours plus loin les Jeunes Populaires.

Je continuerai de m’engager comme je l’ai fait jusqu’à présent car, comme vous, j’aspire à mettre un terme au plein pouvoir socialiste. Nous devons continuer de démontrer que l’avenir de la jeunesse passe par une politique ambitieuse qui est portée par notre famille politique.

La réalité est qu’aujourd’hui de nombreux jeunes ont rejoint l’UMP pour participer et mettre un terme à la politique destructrice du gouvernement.

Destructrice car elle contraint, face à un taux de chômage le plus important de France, de nombreux jeunes à quitter notre département, notre région pour d’autres régions ou même à quitter le pays.

Destructrice, car elle pousse de nombreux jeunes dans l’assistanat et dans la spirale infernale de la paupérisation.

Destructrice, car la relance économique semble improbable alors même que les impôts augmentent et que les entreprises débauchent plus qu’elles n’embauchent.

Vous le voyez, cette politique néfaste nous devons y mettre un terme et les Jeunes Populaires s’engagent à participer à la chute de ce régime socialiste. Telle est notre ambition, tout en participant petit à petit à la réalisation d’un projet alternatif crédible et acceptée de toutes et de tous.

Pour terminer, Marie Thérèse je veux te dire que les Jeunes Populaires te souhaitent de te retrouver en bonne place pour les prochaines échéances. Nous savons que tu n’as pas démérité au cours de ces années, et nous avons tant appris de l’Europe grâce à toi.

La France ne peut être crédible et entendue en Europe que si on s’accorde à considérer le mandat de parlementaire européen comme un mandat à part entière et non comme une salle d’attente vers un autre mandat ou un placard doré. Marie Thérèse nous sommes avec toi pour t’aider et t’accompagner.

Les tâches ne manqueront pas pour l’année 2014 et vous l’aurez compris vous pourrez compter sur les Jeunes Populaires !

Merci à toutes et à tous pour votre attention.

Retour à l’accueil

Ligne à grande vitesse reliant Perpignan à Montpellier – Tribune de Jean CASTEX

Tribune de Jean CASTEX, Conseiller Régional et Maire de Prades

Tout le monde s’est réjoui des « annonces » faites par le ministre chargé des transports, lors de l’inauguration de la ligne Perpignan- Barcelone, concernant le « chaînon manquant » entre Perpignan et Montpellier. En effet, le rapport de la Commissions DURON enterrait définitivement la ligne en la reportant après 2030.

Mais l’annonce était bien limitée : M. CUVILLIER s’est contenté de faire part… de la poursuite des études sans s’engager clairement en faveur de l’achèvement de la LGV à l’horizon 2020.

Or, la récente réunion des ministres des transports, puis le vote par le Parlement européen du Mécanisme d’Interconnexion en Europe (MIE), permettent à l’Union Européenne de consacrer 26 Mds € entre 2014 et 2020 à 9 projets de grands réseaux de transports transeuropéens. Pour ces corridors, le financement européen grimperait à 30% pour les goulets d’étranglement, voire à 40 % pour les sections transfrontalières, auquel pourrait émarger, notamment grâce à la mobilisation de l’eurodéputée Maïté Sanchez-Schmid, le tronçon LGV Montpellier Perpignan.

La fenêtre est étroite et l’Etat doit clairement affirmer ses priorités :

les 40% sont un taux plafond. Compte tenu du volume des demandes des différents Etats, cela se terminera à moins pour les différents projets, sauf exception. Ce fut d’ailleurs le cas dans la génération précédente, dont l’enveloppe de seulement 8 milliards d’euros avait fait beaucoup de déçus ;

Sur les 26 Mds €, 12 Mds € sont réservés pour les pays de la cohésion dont la France ne fait pas partie. Notre pays peut espérer environ 15% à 20% des 14Mds restants accessibles selon la règle du « premier arrivé, premier servi » ;

Or le ministre français des transports a promis cette manne au Lyon-Turin (y compris les accès), au canal Seine Nord, à la poursuite du TGV Rhin-Rhône, aux LGV Bordeaux-Hendaye et PACA et donc récemment à la section Montpellier-Perpignan. Ces 2,5 Mds seront donc un coup de pouce, mais de là à financer toutes les promesses du gouvernement, c’est tout simplement impossible, a fortiori si l’Ecotaxe est durablement différée…

La chance de notre ligne est que son enjeu dépasse largement notre simple région et concerne toute l’Europe du Sud-Ouest : le tronçon Perpignan – Montpellier est le dernier chainon manquant du corridor méditerranéen qui reliera Madrid – Barcelone – Lyon – Paris – Amsterdam en grande vitesse. L’Espagne l’attend avec impatience et s’inquiète des atermoiements du gouvernement.

Conclusion : rien n’est joué, les arbitrages seront très difficiles et ce n’est pas l’annonce concernant des études qui peut nous rassurer. L’Europe n’apportera son aide que si l’Etat s’engage clairement. Il serait inconcevable que le gouvernement privilégie de simples portions nationales comme le Bordeaux-Toulouse au détriment de tronçons dont les enjeux sont européens. Il va falloir que nos élus régionaux, à commencer par le Sénateur Président de Région, pèsent très fort à Paris.

 

Correspondance de François CALVET et Jean CASTEX pour la RN 116

La RN 116 est l’axe routier incontournable de la Cerdagne et du Conflent. Cette route, nous l’avons toutes et tous empruntée pour nous rendre dans l’arrière-pays et nous savons que son aménagement est indispensable pour le développement des hauts cantons du département.

François CALVET, Sénateur-Maire du Soler, et Jean CASTEX, Conseiller Régional – Maire de Prades, ont pris la plume pour demander au Président de Région, Christian BOURQUIN, de revenir sur sa position et d’enfin accorder des fonds aux travaux indispensables pour cette RN 116.

Voici le courrier :
courrier-RN-116

Retour à l’accueil