Passage média: « Les républicains dénoncent un PS consaiguin pour les régionales » – La Clau

Le frère de l’ancien président de la Région Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin, et le mari de la présidente du Conseil général des Pyrénées-Orientales, placée par Christian Bourquin, se présentent aux élections régionales. Les Républicains jugent que l’«arbre généalogique» sert de stratégie.

Le 10 juillet, nous passions en revue la liste socialiste présentée dans les Pyrénées-Orientales aux élections régionales. Ce premier scrutin de Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon verra candidater Jean-Pierre Bourquin, frère de Christian Bourquin, président de la région Languedoc-Roussillon jusqu’à son décès. Y figure aussi Vincent Malherbe, époux de la présidente du Conseil général des Pyrénées-Orientales, Hermeline Malherbe. A Perpignan, cette stratégie d’«arbre généalogique» est critiquée par les Républicains, dont le responsable jeunesse, François Lietta, livre un comparatif : «comme dans les Bouches-du-Rhône sous l’ère Guérini, la politique est une affaire de famille». La filiation n’est pas une spécialité de gauche en Pays Catalan, mais le coup est porté, par communiqué. Le parti observe la candidature d’un élu condamné en justice, le conseiller régional Marcel Mateu. «La tradition du palmarès judiciaire est bien ancrée au sein de la fédération socialiste des Pyrénées-Orientales». Il prend pour exemples Christian Bourquin et Elie Puigmal, ancien maire de Saint-Estève.

Source: La Clau

Régionales 2015: Au Parti Socialiste, la violence envers les femmes est rentable.

Marcel MATEU et Yacine CHOUATLa publication de la liste des 15 candidats départementaux pour l’élection régionale des 9 et 13 décembre prochain a réservé son lot de surprises. La première agréable est la fin de l’intrusion de candidats Héraultais sur la liste des Pyrénées-Orientales. Rappelons nous qu’en 2010, deux candidats issus de l’Hérault s’étaient présentés sur la liste des Pyrénées-Orientales démontrant un profond mépris de note département.
Toutefois, cette joie sera de courte durée, en constatant que la nouvelle direction locale du Parti Socialiste des Pyrénées-Orientales aura fait le choix de remplacer les héraultais par un arbre généalogique en plaçant l’époux de la Présidente du Conseil Départemental et le frère de l’ancien Président de la Région. Comme dans les Bouches du Rhône, sous l’ére GUERINI, la politique est une affaire de famille.

Enfin la tradition du palmarès judiciaire est bien ancrée au sein de la fédération socialiste des Pyrénées-Orientales. Après Christian BOURQUIN et Elie PUIGMAL, le PS renouvelle sa confiance en un repris de justice. Condamné pour harcèlement moral envers une femme salariée d’une association, Marcel MATEU sera reconduit dans ses fonctions de Conseiller Régional.

Ce qui confirme, une nouvelle fois qu’au Parti Socialiste, plus t’es condamné, plus t’es récompensé.

C’est pourquoi, les Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales ont mis en ligne un visuel sur les réseaux sociaux pour dénoncer la présence de Marcel MATEU sur cette liste régionale et exiger son retrait. Nous sommes très étonnés du choix de Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d’Etat et patronne de la fédération socialiste. Après tout, Yacine CHOUAT et Marcel MATEU ont un point commun Le premier battait sa femme, le second en harcelait une. Ils peuvent compter sur la bienveillance de Ségolène NEUVILLE, féministe d’apparat, qui n’a pas pipé un mot sur ces deux affaires !

 

Le Conseil Général des Pyrénées-Orientales soutient les entreprises…. chinoises

Jusqu’où ira le Conseil Général des Pyrénées-Orientales dans ses mensonges? La communication de cette collectivité dirigée par la socialiste Hermeline MALHERBE est révélatrice des mensonges de la gauche du département.

Le Conseil Général dépense des milliers d’euros en communication comme dans la campagne  » Les catalans ont du talent » décliné par exemple en « Le Conseil Général soutient les entreprises des PO ». Nous avions déjà souligné les mensonges de cette campagne de communication où les catalans présentés étaient en réalité des russes, des italiens ….

Comme chaque année, le Conseil Général offre des cadeaux à la presse, aux élus, et aux personnalités triées sur le volet. Pour cette nouvelle année 2013, le Conseil Général a offert des souris informatiques fabriquées en Chine et estampillé du logo du Conseil Général des Pyrénées-Orientales. Les actes du Conseil Général démontrent que la propagande mise en place par la Présidente et élus socialistes du département est mensongère et ne reflète en rien la réalité.

Ne soyons plus dupes de la propagande et regardons les actes ! Entrepreneurs, travailleurs, travailleuses, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales vous ment, il ne vous soutient pas, il soutient la production Chinoise !

Retour à l’accueil

Bonne année Elie Puigmal ! signé Robert Vila

La carte de voeux de Robert VILA, Maire UMP de Saint Estève, expédié à son prédécesseur, Elie PUIGMAL fait quatre pages dans le « Saint Estève Magazine » du mois de janvier 2013. L’histoire ne dit pas si Elie PUIGMAL a fait parvenir la carte du Conseil Général, avec les visages allemands, russes et italiens vendus comme des catalans, à Robert VILA.

Les deux premières pages reviennent sur le jugement de l’affaire Boitaclous et rappellent que l’ancien premier magistrat socialiste a été condamné à trois mois de prison avec sursis, 4000 € d’amendes et 7 500 € de frais de justice. Mais l’affaire va également coûter cher aux stéphanoises et stéphanois car face à cette condamnation l’assurance ne couvrira pas les montants réclamés. Ce qui représente  à ce jour plus de 36 000 € et pourrait atteindre 750 000 € si Boitaclous venait à remporter son procès face à la ville.  Ce qui amène une nouvelle fois le Maire, Robert Vila, a réclamer la démission d’Elie PUIGMAL de l’ensemble des mandats dont il est titulaire.

La municipalité :

« Les Stéphanois ont maintenant la certitude qu’Elie Puigmal a agi 
sans respecter la loi et les intérêts de la commune. Il ne peut être 
digne d’aucune confiance et doit prendre les responsabilités qui 
s’imposent au titre de ses mandats d’élus : démissionner »
Après cette piqure de rappel, la page 3 présente l’addition des « extras » de l’ancien Maire, Elie PUIGMAL, financé par la commune. Ainsi apprend-on :
– Non-couverture de l’assurance boitaclous : 36 356,89 €
– Cotisation retraite au titre de fonctionnaire en détachement de la Police : 64 282,78 €
– Adhésion à une complémentaire retraite : 19 722,78 €
– Perte de subventions pour la construction du restaurant scolaire : 172 995 €
La pilule est amère pour les stéphanois, d’autant plus que la perte de subventions pour le restaurant scolaire, donc nos enfants, est de 172 995 €. Chers enfants, la politique politicienne a décidé de vous priver d’un endroit pour déjeuner…
En 10 ans de mandat, hors indemnité, la facture totale est donc de 120 362,45 € soit un montant mensuel de 1003,02 €. Un emploi à mi temps avec les charges comprises sacrifié auquel s’ajoute un restaurant scolaire…
Le dernier « Saint Estève Magazine » est offensif, il a pris le pas sur le « Mairie Infos ». Désormais l’équipe majoritaire donne le ton par ce numéro et a décidé de ne plus rester immobile face aux attaques répétées de l’équipe socialiste. A 15 mois des élections municipales, peut on s’attendre à une montée en puissance de ces piques vers l’un ou l’autre des prétendants à la Mairie? EE-LV sortiront t’ils de leur silence? De nouveaux acteurs?La guerre des boîtes aux lettres va repartir des plus belles, mais aujourd’hui chacun aura un passif a assumé. Robert VILA vient déjà d’en présenter une partie, accompagné d’une facture à Elie PUIGMAL.

Le magazine est disponible en téléchargement en cliquant ICI

Passage média: les « Cas-Talents » du Conseil général sont russes et allemands

Perpignan : les « Cas-Talents » du Conseil général sont russes et allemands

Samedi 5.1.2013. 01:00

Depuis plusieurs semaines, des affiches et cartes de voeux éditées par le Conseil général des Pyrénées-Orientales vantent les qualités supposées des habitants du territoire. Mais ces « Cas-Talents » s’avèrent faux, car ils sont représentés par des photographies réalisées en Italie, en Russie ou encore en Allemagne. Les jeunesses de l’UMP dénoncent une « supercherie ».

Les jeunesses de l’UMP des Pyrénées-Orientales, habituées à remplacer leurs aînés en matière de prises de position médiatiques, se sont exprimées le 4 janvier sur une nouvelle campagne de communication développée par le Conseil général du territoire. Depuis le début de l’hiver, l’institution territoriale défend le slogan « En Pays Catalan, tous les talents ont de l’avenir », présent sur des cartes de voeux, dans le magazine L’Accent Catalan et sur plusieurs centaines d’affiches de bord de voirie. Une rime riche entre « catalan » et « talent » est associée à cette démarche, au risque d’un amalgame tout autre, car « catalan » contient aussi « cata », abrégé moderne de « catastrophe ». Pour les Jeunes Populaires, cette action sans Catalans est une« supercherie », car les auteurs des photographies et surtout les figurants présents sur les différents supports sont très extérieurs aux latitudes promues. En effet, une image a été « faite en Italie par Alessandra Viapano, photographe italien », l’autre « faite en Russie par Dmitriy Shironosov, photographe russe », tandis la photo d’une grand-mère a été réalisée« en Allemagne par Alexander Raths, photographe allemand ». Le constat est fait que toutes les illustrations « proviennent des banques d’images du monde entier », comme le démontrent les liens Internet vers unpâtissier, un jeune chanteur et l’aïeule citée. Les jeunes soutiens de Jean-François Copé estiment « osé » de communiquer sur de supposés « talents catalans » sans en« trouver un seul », ni dans le casting ni parmi les professionnels dont les clichés ont été mobilisés, dans le cadre de cette campagne virtuelle.

Retour à l’accueil