Bonne année Elie Puigmal ! signé Robert Vila

La carte de voeux de Robert VILA, Maire UMP de Saint Estève, expédié à son prédécesseur, Elie PUIGMAL fait quatre pages dans le « Saint Estève Magazine » du mois de janvier 2013. L’histoire ne dit pas si Elie PUIGMAL a fait parvenir la carte du Conseil Général, avec les visages allemands, russes et italiens vendus comme des catalans, à Robert VILA.

Les deux premières pages reviennent sur le jugement de l’affaire Boitaclous et rappellent que l’ancien premier magistrat socialiste a été condamné à trois mois de prison avec sursis, 4000 € d’amendes et 7 500 € de frais de justice. Mais l’affaire va également coûter cher aux stéphanoises et stéphanois car face à cette condamnation l’assurance ne couvrira pas les montants réclamés. Ce qui représente  à ce jour plus de 36 000 € et pourrait atteindre 750 000 € si Boitaclous venait à remporter son procès face à la ville.  Ce qui amène une nouvelle fois le Maire, Robert Vila, a réclamer la démission d’Elie PUIGMAL de l’ensemble des mandats dont il est titulaire.

La municipalité :

« Les Stéphanois ont maintenant la certitude qu’Elie Puigmal a agi 
sans respecter la loi et les intérêts de la commune. Il ne peut être 
digne d’aucune confiance et doit prendre les responsabilités qui 
s’imposent au titre de ses mandats d’élus : démissionner »
Après cette piqure de rappel, la page 3 présente l’addition des « extras » de l’ancien Maire, Elie PUIGMAL, financé par la commune. Ainsi apprend-on :
– Non-couverture de l’assurance boitaclous : 36 356,89 €
– Cotisation retraite au titre de fonctionnaire en détachement de la Police : 64 282,78 €
– Adhésion à une complémentaire retraite : 19 722,78 €
– Perte de subventions pour la construction du restaurant scolaire : 172 995 €
La pilule est amère pour les stéphanois, d’autant plus que la perte de subventions pour le restaurant scolaire, donc nos enfants, est de 172 995 €. Chers enfants, la politique politicienne a décidé de vous priver d’un endroit pour déjeuner…
En 10 ans de mandat, hors indemnité, la facture totale est donc de 120 362,45 € soit un montant mensuel de 1003,02 €. Un emploi à mi temps avec les charges comprises sacrifié auquel s’ajoute un restaurant scolaire…
Le dernier « Saint Estève Magazine » est offensif, il a pris le pas sur le « Mairie Infos ». Désormais l’équipe majoritaire donne le ton par ce numéro et a décidé de ne plus rester immobile face aux attaques répétées de l’équipe socialiste. A 15 mois des élections municipales, peut on s’attendre à une montée en puissance de ces piques vers l’un ou l’autre des prétendants à la Mairie? EE-LV sortiront t’ils de leur silence? De nouveaux acteurs?La guerre des boîtes aux lettres va repartir des plus belles, mais aujourd’hui chacun aura un passif a assumé. Robert VILA vient déjà d’en présenter une partie, accompagné d’une facture à Elie PUIGMAL.

Le magazine est disponible en téléchargement en cliquant ICI

La justice confirme la condamnation d’Elie PUIGMAL

C’est aujourd’hui que l’ancien Maire de Saint Estève et Conseiller Général, Elie PUIGMAL, était jugé à nouveau pour les faits de « l’affaire Boitaclous ».

Cette affaire a éclaté au cours de l’été 2009 et avait conduit à de nouvelles élections permettant à Robert VILA de remporter l’élection partielle du mois d’Octobre 2010.

Depuis Elie PUIGMAL, toujours Conseiller-Général du canton, a été condamné  à trois mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende pour « délit de favoritisme » dans le cadre du marché public passé en avril 2009 entre la commune et l’association Boitaclous pour la gestion culturelle du théâtre de l’Étang.

Le jugement de Montpellier du 22 novembre confirme donc la condamnation d’Elie PUIGMAL pour délit de favoritisme.

Retour à l’accueil

Élie Puigmal condamné

Le tribunal de Perpignan vient de rendre son verdict dans le cadre de l’affaire Boitaclous.
Poursuivi pour délit de favoritisme, le Conseiller Général et ancien Maire PS de Saint Estève, Élie PUIGMAL vient d’être reconnu coupable.

Il écope d’une peine de 3 mois de prison avec sursis et 8000 € d’amende. La commune était partie civile dans cette affaire pour « protéger ses intérêts » selon la déclaration de Robert VILA lors d’un conseil municipal.

Retour à l’accueil

Affaire Boitaclous: Elie PUIGMAL convoqué au tribunal correctionnel (3)

L’ancien Maire de Saint Estève , Elie PUIGMAL devra à nouveau se rendre au tribunal correctionnel de Perpignan le jeudi 15 décembre 2011 à 14h00.

La première audience avait conduit au report  « afin de connaître le fond du dossier » selon la demande formulée par Elie PUIGMAL. Notons que la ville s’est portée partie civile afin de protéger les intérêts de la ville en cas de condamnation. Ce choix avait fait l’objet d’un vote en conseil municipal auquel la minorité socialiste avait refusé de voter.

La séance au tribunal est ouverte au public.

Retour à l’accueil

Affaire Boitaclous: la ville se prépare à une possible condamnation

L’affaire Boitaclous avait débuté en 2009 et continue d’alimenter la vie politique stéphanoise. Le 8 septembre dernier, Elie PUIGMAL, était convoqué au tribunal correctionnel pour répondre des accusations de délit de favoritisme, l’audience a toutefois tourné court et est reportée au 15 décembre prochain.

La municipalité de Robert VILA préfère se préparer à la possibilité de devoir assumer une condamnation de la ville au profit de Boitaclous. La ville a déjà été condamné à verser plus de 27 000€ à Boitaclous mais l’association a fait appel de cette décision. La ville a mis de côté une provision de 27 077 € en cas de confirmation de la première décision du tribunal.

Cette provision est devenue indispensable car l’assurance de la ville a déjà fait savoir qu’en cas de condamnation pénale d’un élu elle ne prendra pas en charge les frais d’avocats et les frais d’indemnisations. En résumé la ville devra payer sur ces fonds propres la totalité des frais engagés si un élu de son conseil passé ou présent venait à être condamné.

Robert Vila :  » Pour préserver les intérêts de la commune, nous nous portons partie civile » 

Elie Puigmal:  » Le 8 septembre j’étais à l’audience pour demander le renvoi au 15 décembre afin de connaître le fond du dossier. Dès que j’en aurais connaissance je m’exprimerais »

Jean Marc Panis: « La justice s’exercera »

Passé ces explications, le conseil municipal devait s’exprimer sur le choix de se porter partie civile et sur une provision de 27 077€.

Thierry Balestra :  » On refuse de voter »

Robert Vila  » Et pourquoi? »

Thierry Balestra : « On n’a pas à le motiver »

Le vote a été adopté à l’unanimité (moins le groupe PS).

Retour à l’accueil