Faute de quorum c’est encore tombé à l’eau

La séance du conseil municipal du 18 décembre commence par le départ des 9 élus dissidents de l’ancienne majorité qui constatent que le quorum n’est pas atteint se lévent et partent.

Le Maire ouvre la séance avec 9 élus en moins, précisant que 29 points sont à  l’ordre du jour ainsi qu’un ajout de 10 questions posées par le groupe « Saint Estève Autrement » qui seront traités à la fin de la séance.

Robert Vila ( Saint Estève Autrement): « Conformément au règlement je vous demande de placer ces questions en premier  »

Elie Puigmal:  » Relisez le règlement, je suis l’ordonnateur de la séance, les questions seront débattues en fin de séance. »

Aurore Bougniol de Gineste (Saint Estève Autrement) :  » Relisez le réglement, de plus lors du conseil municipal du 3 aout votre première adjointe, Mme Saida Merasli, nous a promis également de s’expliquer en fin de séance. Hors à la fin du conseil municipal elle s’est empréssée de fuir avec l’ensemble des conseillers municipaux de la majorité »

Elie Puigmal rappelle alors une nouvelle fois que les questions seront traitées en fin de séance. L’opposition se lève alors d’un seul corps et se dirige vers le public. Seul un échange virulent se poursuit entre Jean Jacques Vila et le Maire puis clôture du conseil municipal.

Ce ne sera que le troisième conseil municipal reporté cette année faute de quorum ! espère t’il vraiment tenir ainsi pendant 4 ans?

Prochain conseil municipal (sans quorum nécessaire) le mardi 22 décembre à 13h en salle Jean Jaurès.

Conseil municipal du 21 Octobre

Quand Boitaclous a déposé le nom « Saint Estève capitale du spectacle » ils ne se doutaient pas que le spectacle serait aussi politique. Si je devais résumer ce conseil municipal comme un spectacle je le nommerai  » Elie Puigmal fait son one man show: quand socialisme rime avec despotisme »

Le conseil municipal commence à 19h dans une salle Jean Jaurès à nouveau prise d’assaut par la population et cette fois ci l’ensemble des élus siégeront. Seul Michel Brunet et Jeanne Payri Chinanou sont absent mais il laissent des procurations.

Tout commence par une déclaration d’un des élus du groupe des neuf:  » Je tiens à préciser que cette déclaration est commune à celle des 9 élus qui se sont désolidarisés du groupe majoritaire. Nous avons décidé de nous désolidariser en raison du mode de gouvernance du premier magistrat. Une proposition a été remise à Elie Puigmal en présence de Saida Merasli d’une charte municipale. On reçoit par la police municipale une invitation à une réunion qui se tient le soir même en présence d’un avocat, les conditions n’étaient pas réunies pour qu’on y siège… On ne peut pas non plus accepter que les finances publiques soient traitées de cette façon. Si les finances publiques étaient respectées, jamais un tel marché avec Boitaclous n’aurait vu le jour. L’avis de tout les élus sur ce dossier c’est  qu’il est plus politique que culturel et domaine réservé du maire comme bien d’autres. »(applaudissement de la salle)

Guadeloupe Gallas (DVD): « Quand je suis arrivé à cette place je ne voulais pas créer de polémiques et j’étais prêt à travailler et à m’investir. Cela fait un an et demi que je suis élu et vous nous avez interpellé sur le fait que Nicolas Sarkozy était notre président. Mais il est le président de tout les français et vous vous êtes le maire de tout les stéphanois. C’est la démocratie. Mais peut être que vous ne vous sentez pas le Maire de tout les stéphanois… La démocratie à Saint Estéve se passe d’une drôle de façon. Je suis censé faire partie de deux commissions mais soit les commissions ne se réunissent jamais soit les élus de l’opposition ne sont pas convoqués. Est ce normal? …. Je veux également rendre hommage aux neuf dissidents qui ont dit non à votre mode de fonctionnement et qui renoncent à leurs indemnités. Imaginez si 9 ministres partaient? vous devriez nous remercier d’avoir dit non à Boitaclous… Si la population est là ce soir, c’est qu’ils sont inquiets. Ils veulent savoir si leurs élus font bien leur travail. »(applaudissement de la salle)

Robert Vila (UMP): « Sur les commissions je dénonce cela depuis 2001 »

Ce sera la dernière intervention tolérée par Elie Puigmal il précise « une seule intervention par groupe » il souhaite ensuite passer à l’ordre du jour. Et entame le premier point, mais la rébellion est forte et après 15 minutes de prise de bec entre majorité-opposition-public il finira par céder et laisser s’exprimer un autre élu. De nombreux rappels au règlement intérieur sont faits par les oppositions sur l’article 21 qui autorise la prise de parole.

Jean Sebastien Haydn (groupe des 9):  » Quelle triste visage de la démocratie…concernant la lettre que j’ai envoyé aux militants j’ai écrit que Mr Llory a conduit un projet d’une centaine de rifles par an à Saint Mamet  pour les associations de Saint Estève pour supprimer les subventions aux associations stéphanoises… j’ai le compte rendu de la réunion. J’ai écrit que Mme Merasli a conduit une réflexion pour réduire les assistances maternelles. J’ai un tableau de simulation à hauteur de 269 000 euro. Avec les convictions socialistes, jamais je me serais permis de penser à un tel projet. Quand on sait que vous vouliez supprimer des assistantes aux enfants stéphanois pour financer du spectacle…. j’ai honte, honte à vous Mme Merasli pour avoir demandé ma radiation du PS… dites le Mme Merasli, prenez vos responsabilités et reconnaissez le…. » (applaudissement de la salle)

Saida Merasli (PS): « Je confirme mes déclarations du 16 octobre 2009. Vous êtes de ceux qui demandent le démantèlement depuis notre élection » (huées de la salle)

Ils s’en suivent de nombreux échanges tendus entre les élus sans micro.

Jean Jacques Vila (Modem) qui prend la parole sans avoir été autorisé par le Maire:  » Vous n’avez pas honte de nous donner des leçons de démocratie, voyez ce que vous faîtes au conseil municipal »

Elie Puigmal coupe court et désormais les micros sont coupés, des micros portatifs sont donnés aux élus de la majorité et les micros des oppositions réduits quasiment au silence. Autant dire que seul la majorité est audible et l’opposition est contrainte au silence.

Point 1: Remplacement de deux adjoints

Le premier point est le remplacement de deux adjoints. Et là, Elie Puigmal va se lancer dans un vote totalement illégal, refusant de faire appel à candidatures, refusant de se plier au vote à bulletin secret demandé par l’opposition et il fera voter sa majorité de façon express. Du jamais vu, j’y reviendrai…

Les débats reprennent parfois entres élus, ainsi entend on « Mme Gomez, du FN au PS… » et pendant de longues minutes les échanges se vont vif, Elie Puigmal refusant de donner la parole à l’opposition. Le public prendra part au débat scandant « Puigmal dictateur, Puigmal démission…. »

Point 2: Nouveaux tarifs des logements communaux

Les loyers de deux logements est réévalué. Le logement de l’instituteur passe de 0 euro à 450 euro. Et une maison passe de 360 euro à 650 euro. Ce qui vaudra des réactions de l’opposition « C’est ça le tarif de logements sociaux? »

Point suivant: Cas du permis de construire du restaurant Ba’raka ten

Aurore Bougniol de Gineste (St Esteve autrement): « Pourquoi le permis de construire est il non valable? »
Elie Puigmal :  » Deux techniciens de la DDE ont déclaré le site comme protégé, désormais ils ont un permis précaire. »

Notez bien, un site protégé !!! et où se situe ce restaurant? au lac ! comment se fait il alors que la salle multiculturelle soit là bas alors?

Jean Sebastien Haydn réclamera la parole et dès le début de l’intervention Elie Puigmal scande « sur le point 8, sur le point 8… » Il finira par laisser parler son ancien compagnon de majorité:  » Ce conseil municipal est irrégulier, avec les 9 élus nous ne prendrons plus part aux votes car on contestera ce conseil municipal… aucun candidat possible comme adjoint… ce conseil municipal est irrégulier »

Point suivant: Modification du tableau des effectifs

Aurore Bougniol de Gineste précisera des déficits dans les d’effectifs, en particulier dans le scolaire, le social et le sport.

Point suivant: Logements, modification du plan

Jean Costa prend la parole et cela commence très très mal, il précise d’entrée en regardant l’opposition: « si vous me coupez on passe directement au vote et c’est réglé » (huées du public)

L’intervention de Jean Costa est incompréhensible, personne n’y comprend rien et l’opposition le fera bien remarqué…

Mathieu Kedhimi (groupe des 9): « En commission, Mr Costa a précisé qu’il était impossible de monter au dela de 20% de logements sociaux. J’en demandais 25% au titre de la mixité sociale. Avoir 25% permettait aux jeunes stéphanois de s’installer, de bâtir.. quand on sait qu’à l’Orangeraie il n’y avait que 55 parcelles pour 300 demandes… »

Elie Puigmal: « La loi c’est 20%, ça le sera »

Robert Vila (UMP): « En tant que membre de la commission urbanisme, j’apprends qu’il y a eu une réunion… »

Point suivant: concession à GDF

Il s’agit du réseau de gaz dont la concession et l’entretien seront donnés à GRDF
Robert Vila (UMP): « Il y a un réseau qui fait cruellement défaut sur la commune, c’est celui du haut débit. Depuis 2001 rien ne bouge »

Point suivant: construction du gymnase

Ce gymnase est retardé d’un an, les débats seront houleux sur ce sujet. Pierre Yves Dompnier lance les hostilités « construire un gymnase à 1 000 000 euro et il est déjà trop petit, c’est innaceptable » suivi de Mathieu Kehdimi « les salles devaient être livrées en Mars 2010 mais à cause de Boitaclous cela n’est plus possible » et enfin Robert Vila « on a préféré mettre de coté les 1 800 000 euro de la communauté d’agglomération au lieu d’aider les associations stéphanoises, de construire des salles comme un gymnase, on préféré Boitaclous et la Boitassous. »

Point suivant: construction d’un restaurant scolaire

C’est Josette Gomez qui présente ce projet de 1256 mètres carrés la salle est désormais silencieuse et toute l’assistance écoute.

Le benjamin (groupe des 9): « Pour ce projet il est question de photovoltaïque… »
Josette Gomez: « le directeur technique va vous répondre »

Le benjamin: « on voit que vous avez bien travaillé votre dossier »

Josette Gomez:  » Vous,  en commission vous ne vous intéressez de ne savoir que si le bar est plein… » et c’est parti les insultes pleuvent

Jean Sébastien Haydn (groupe des 9): « on demande des excuses »

Josette Gomez: « Surement pas »

Le benjamin: « vous venez de m’insulter à nouveau de petit merdeux, cela fait suite aux menaces à mon encontre de votre mari »

C’est le comportement d’Elie Puigmal qui ne rappelle pas à l’ordre son adjointe puis les insultes qui continuent entre les différents groupes qui vont mettre un terme à la présence de l’opposition au conseil. Les 16 élus d’opposition quittent la salle sous les applaudissement du public.

Conclusion

Ce conseil municipal était surréaliste,  il fallait le voir pour le croire mais le comportement du premier magistrat était digne d’un dictateur et à une remarque de Jean Jacques Vila il répondra « et j’en suis fier ». Les débats ont été houleux, pendant plus de 2h30, il est impossible aux élus d’opposition de s’exprimer et il faudra qu’ils insistent pour parfois obtenir la parole car le Maire refuse quasi-systématiquement de la donner.
Il utilisera des micros portatifs dont les hauts parleurs diffusent le son à fond, coupant les micros se trouvant sur la table qui n’émettront plus qu’un son inaudible. Bienvenue en démocratie à la Puigmal !

Ce conseil municipal sera probablement déclaré nul, la légalité de la procédure d’élection des adjoints n’ayant pas été respecté et le refus du Maire d’accéder à la requête du vote à bulletin secret demandé à l’opposition n’arrangera pas les choses.

Le Maire perd les pédales, pour un ancien représentant de la loi il a oublié de la respecter…. Les stéphanois n’ont vraiment pas mériter cela.

Conseil municipal du 16 octobre 2009

Vendredi soir, il est 19h00 et le conseil municipal commence dans une salle bondée où même les balcons sont pris d’assaut. Une partie de la population restera même dehors et devra se contenter du son des hauts parleurs (quand les micros ne sont pas coupés) à défaut de voir la scène.

Dès le départ les 9 élus dissidents décident de se retirer car ils font la remarque qu’il manque un élu à Elie Puigmal (a t’il fait procuration?). Ils semblent avoir de travers la manière dont ils sont traités, les propos dans la presse tenus par le responsable de la section socialiste de Saint Estève peuvent y apporter quelques explications:

« Une collègue élue subit depuis le début de cette affaire des pressions et des intimidations, parce que son fils travaille à la mairie et qu’elle a un commerce. Ces méthodes sont dignes d’autres choses que le socialisme. »

Les deux autres groupes d’opposition choisiront de rester pour obtenir enfin les explications qu’ils attendent depuis juin 2009 mais au cours du conseil elles ne viendront jamais.

Dés le départ le Maire, Elie Puigmal, se lance dans un discours de politique général balançant à tout va des chiffres et des termes complexes pour  tenter d’endormir la population présente dans la salle. Pour la population qui n’avait pas assistée aux précédents conseils autant dire que c’est  incompréhensible.  Pourtant très vite les attaques de l’opposition commencent:

Jean Jacques Vila: « Approuvez vous le comportement de votre première adjointe lors du conseil municipal du 3 aout 2009 où vous étiez absent? elle nous avait promis la parole en fin de conseil, on ne l’a jamais eu… » (voir mon article).

Le maire confirmera l’approuver et repartira très vite dans des explications complexes sur sa politique menée depuis 2001. Il évoquera le désendettement de la commune depuis 2000, en omettant de préciser que cela avait été décidé par la précédent municipalité d’Yves Rousselot et il continuera pendant de longues minutes son déballage des chiffres, espérant probablement que la salle commencera à se vider. Peine perdue !

Et l’opposition arrive à reprendre la parole

Jany Prats Vidal:  » Deux problèmes se posent, celui de la gestion de cette salle et de la gouvernance… sur la salle après 18 mois de gestion, un problème de dysfonctionnement sur la procédure de la commission d’appel d’offres sur Boitaclous…. pour s’en sortir de ce marché il fera appel à deux avocats pour 7500 et 2500 € chacun… je rappelle également le coût de cette salle, 5 000 000 € en 2004, 8 090 315,24 € en 2005, 8 428 589,97 € en 2008, 21 967 350 € en 2009*. Vous avez construit un mauselet sans négociation avec le centre sportif et culturel, ni avec les associations stéphanoises…. circulez y’a rien à voir selon Elie Puigmal… sur la gouvernance, le CM du 17 juin 2009 annulé à 18h59 sur un simple coup de téléphone alors que la population était installée dans la salle… sur boitaclous heureusement que la presse d’investigation s’est chargée de l’affaire, c’est une gabegie… sur l’accès aux documents administratifs ,oui ils sont accessibles mais il y a toujours les verrous qui bloquent la circulation de l’information »

Elie Puigmal:  » Jany Prats Vidal, c’est une femme qui a fait tout les partis politiques la prochaine fois ce sera probablement avec Olivier Besancenot et le NPA »

Robert Vila:  » Sur le désendettement de la ville vous avez enfin dit la vérité, cela a commencé en 2000 par la précédente majorité… votre comportement, votre manière de diriger sont dénoncés par vos 9 élus dissidents, c’est exactement ce que je dénonce depuis 2001, relisez mes tracts de campagne…Force est de constater que vous n’avez pas le quorum et que cela va être dur pour les 4 années à venir. A ceux qui restent, je veux leur dire la responsabilité qui pèse sur eux de devoir en 2010 et 2011 aller voir la population pour leur annoncer que la fiscalité va augmenter… Mr Puigmal vous devez prendre vos responsabilités et vous devez partir « 

Elie Puigmal:  » Ce n’est pas à l’ordre du jour et ce n’est pas vous qui me direz de partir »

Chaque intervention sera accompagné d’applaudissements du public ou de huées, ce qui finira par lasser Elie Puigmal qui n’hésitera pas à menacer de faire expulser la population de la salle. Ambiance ambiance !

Puis l’ordre du jour commence (sans être voté) par :

– remise de 3 délégations par des élus de la majorité

– création d’un 3iéme groupe d’oppositions

– informations concernant le retrait du marché public à Boitaclous

C’est ce point là qui va ranimer les débats de façon plus virulente et dans la contradiction permanente de la majorité.Ainsi Saida Merasli, première adjointe, apporte un démenti officiel sur la révélation de la presse concernant un possible financement de Boitaclous par la suppression d’assistante maternelle. Or les déclarations d’Elie Puigmal sur France Bleu Roussillon disent l’inverse, et après quelques minutes d’échanges vifs avec l’opposition il finira par admettre à nouveau que cela était une piste qui avait été envisagée.La majorité s’embrouille et s’enlise.

Dans un dernier espoir, Elie Puigmal revient sur l’association La Voix du Ribéral, peine perdue encore une fois! le sujet repartira très vite sur Boitaclous.

Robert Vila:  » Au début 2003, j’avais dit une salle, on en a besoin mais polyvalente et accessible à tous. Or aujourd’hui les sièges sont inamovibles, ni sport, ni mariage, ni rifles ne seront possibles. Le coût de la salle a plus que doublé et vous aviez prévu de verser 750 000€ à une association dont le siège est à Perpignan. 750 000€ cela représente 3 ans de subventions aux associations stéphanoise, 2 ans de rénovation de la commune, et un gymnase pour les associations sportives… Si les élus d’opposition n’étaient pas allés en préfecture ce marché alors …. Mais les projets on connait, la bibliothèque on attend, on attend les espaces verts au parking de St Mamet, le bâtiment thermique également… Quel est le retour d’investissement pour cette salle? C’est ce qu’on attend d’un investissement pour tant d’argent… si on veut faire fonctionner cette salle, il va falloir mettre plusieurs dizaines de milliers d’euros, ce sont donc des points de fiscalité en plus. Où on aura un bâtiment vide ou il va falloir payer »

Aucune réponse d’Elie Puigmal, il refusera de donner la parole à d’autres élus d’opposition pour passer à un autre sujet. Il n’aura pas répondu à toutes les questions de l’opposition, tentant à chaque fois de trouver un échappatoire se réfugiant soit dans le mensonge, soit dans une réalité arrangée… mais cela en est de trop pour les élus d’opposition ! Pas de réponses, plus de prises de paroles, ils quittent la salle ! plus de quorum, c’est fini le conseil municipal s’achève sur un air de vu et revu des 4 derniers mois ! pas de réponse et une majorité plus que fragilisée…

Prochain conseil municipal, mercredi 21 octobre 2009 à 19h également.

*les chiffres données proviennent de prise de notes pendant le CM, il est possible qu’une erreur de quelques euros se soient glissés du à la rapidité à laquelle ont été communiqués ces chiffres.

MAJ19/10/2009: L’Indépendant a consacré deux articles de presse sur le conseil municipal (samedi 17 et dimanche 18)

Elie Puigmal va t’il sanctionner les mauvais élèves?

La rumeur devient de plus en plus persistante sur la ville, le Maire Elie Puigmal se préparerait à redistribuer les délégations des élus dissidents depuis quelques semaines.

Les élus qui ne siègent plus et refusent de donner procuration perdraient ainsi leurs délégations, missions… à titre de sanction.

Cela devrait se passer lors du prochain conseil municipal dont la date n’est pas encore fixé de façon certaine. D’après la rumeur les huit élus dissidents perdraient leurs délégations au profit de ceux qui continuent de faire allégeance à Elie Puigmal. La redistribution des postes aurait déjà été faite au profit majoritairement des femmes du groupe.

Vérification au prochain conseil municipal ! D’ailleurs avec ou sans Elie Puigmal?

Le soutien aux associations de Saint Estève est insignifant

Le montant des subventions alloué aux associations de la ville de Saint Estève est insignifiant au regard des autres communes du canton. La mairie de Saint Estève a alloué environ 200 000 € de subventions aux associations stéphanoises ce qui est peu quand on sait que le village de Baixas octroie également 200 000€ de subventions à ses associations.

– Saint Estève (12 000 habitants) : 200 000 €

– Baixas (2 400 habitants) : 200 000 €

Cherchez l’erreur?

Pourtant notre tissu associatif stéphanois est important et actif. Il ne manque pas de projets pour la commune. Pourquoi ne pas le soutenir davantage lorsque cela est dans l’interet de la commune? Cela serait une dépense bien plus utile que d’engraisser Boitassous. Toutefois les subventions doivent être cohérentes avec les projets des associations et ne pas dépasser un budget trop important. Question d’équilibre !

Le discours donné aux associations est « on a plus d’argent, serrez vous la ceinture », toutefois la majorité d’Elie Puigmal allait dépenser 900 000€ TTC pour Boitaclous avant de se rétracter suite à l’intervention d’opposants à ce projet financièrement intenable pour la commune. Bien entendu hors de question d’atteindre un tel niveau en subventions diverses. Un tel montant étant intenable pour les finances de la commune.

Le manque de cohérence de la majorité est assez édifiant, d’un côté le discours « on a plus d’argent » et de l’autre on dillapide les deniers publics en augmentant le Maire et ses adjoints de 15% où en montant des projets disproportionnés avec une association-entreprise.

Les aménagements routiers sont à revoir

Comme de nombreux stéphanois j’emprunte quotidiennement l’avenue de Rivesaltes. Cette avenue a été récemment refaite par la mairie avec un mini rond point, des ralentisseurs de type coussin berlinois et son sens unique récemment instauré. Ce n’est  pas le cas des déviations mises en place pour éviter cet axe, les rues alentours sont défoncés et les trottoirs également.

Désormais la vitesse est réduite sur cette avenue, où la vitesse n’est pas si excessive en raison de la faible distance séparant l’avenue de Rivesaltes et l’avenue de l’aéroport. Il était toutefois urgent de sécuriser la sortie des commerces bordant le rond point.

L’avenue de l’aéroport parlons en, elle longe une partie de la zone industrielle, puis le lac de Saint Estève et permet aux habitants de Baixas, Calce de rejoindre Perpignan. Autant dire que le nombre de voitures au quotidien est certainement plus élevé que sur l’avenue de Rivesaltes. Les enfants traversent pour rejoindre le lac, et les voitures arrivant des autres villages du canton ou s’en dirigeant roulent à toute allure sur cet axe fréquenté.

A mon avis il y avait plus urgence à prendre des mesures pour réduire la vitesse de certains conducteurs inconscient qui foncent à toute allure. Mais cela peut se faire sans construire trois ronds points où installer des ralentisseurs à tout va. D’autres mesures existent et sont tout autant dissuasives sans pour autant forcer les conducteurs respectueux des limitations de vitesses soient obligés de faire des manoeuvres où de passer leurs temps à freiner, débrayer.. Les conducteurs disciplinés ne doivent pas subir les conséquences de ceux qui ne le sont pas.