Passage média: Les militants en ont ras le bol

France Bleu Roussillon

Retranscription du reportage diffusé le mercredi 28 mai 2014 – France Bleu Roussillon

Journaliste FBR:  L’UMP en pleine crise, pas facile d’être un militant en ce moment. Les militants en ont ras le bol, c’est la réaction du Maire de Pollestres qui est le numéro 2 de l’UMP départemental , il voit que l’UMP offre une image pas réjouissante ces derniers temps, résultats décevants, divisions internes et puis cette affaire des fausses factures qui vient couronner le tout sans doute l’affaire de trop pour ses jeunes populaires des Pyrénées-Orientales que vous avez reçu hier Cyril Manière

Cyril Manière:  Il fallait en finir, ces militants n’ont rien contre Jean-François COPE  mais là ça ne pouvait plus durer.

François LIETTA: Là c’était inévitable, inévitable, il fallait le faire.

Thibault : Il fallait en finir avec ce parti à deux têtes

Laurence: On ne pouvait pas encore avoir à la tête du parti une personne qui est engagée dans des poursuites judiciaires

Cyril Manière:  Depuis deux ans, les Jeunes Populaires sont plutôt en standby, plus d’élan, plus de foi.

François LIETTA: Comme dans tout l’UMP, il y a bien sur des gens que ça exaspère. Certains se sont un peu mis en retrait de l’UMP quelques temps, je le comprends et aujourd’hui il faut retrouver ces jeunes et les faire revenir dans le parti comme les aînés. Mais si l’UMP arrive à sortir la tête de l’eau et donner un cap je ne doute pas qu’on y arrivera.

Cyril Manière:  Alors maintenant ces militants espèrent du nouveau, un nouveau chef et pourquoi pas aussi de nouvelles têtes.

Thibault: Faire plus confiance aux jeunes à Paris, un président d’envergure national  et rassembleur.

Cyril Manière:  Alors qui, chez ces militants , François FILLON n’a pas vraiment les faveurs des pronostics.

Laurence: Je pense par exemple à Juppé pour le travail qu’il a fait à Bordeaux, et apprécier par beaucoup  et je pense que c’est un personnalité qui peut rassembler, il s’était illustré en tant qu’arbitre lors de l’affrontement Copé-Fillon.

Cyril Manière:  Rappelons qu’en novembre 2012, les militants UMP avaient voté à 58% pour Jean-François COPE dans les Pyrénées-Orientales.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s