La vidéo protection en débat

La vidéo protection fera t’elle son apparition dans la commune?   En tout cas les élus majoritaires rencontrent les commerçants et la population pour recueillir des avis et présenter les avantages d’un tel équipement. Mardi 17 mai, le Maire et son équipe avait convoqué une réunion d’informations à la population dans la salle des aînés. Une cinquantaine de personnes se sont déplacées pour cette réunion de présentation en présence de la gendarmerie et de la police municipale, parmi le public quelques adjoints de la municipalité (Muriel FORCEVILLE, Audrey FERRE, Michel PEREZ et Pierre Yves DOMPNIER), quelques conseillers municipaux de la majorité et trois élus de l’opposition (Catherine ALBO, Jean Michel MARSAL et Thierry BALESTRA).

Après le traditionnel quart d’heure catalan, la réunion débute par une brève intervention du Maire, Robert VILA, pour présenter les grands axes de la réflexion menée par la ville et le déroulement de la réunion.

Robert VILA:  » C’était une promesse de campagne de mener une concertation sur la vidéo-protection »

Pierre Yves DOMPNIER:  » Plusieurs têtes de liste voulaient mettre la vidéo-protection, il s’agit de réduire les faits de la petite et grande délinquance… Ces moyens viennent en complément des moyens humains avec un nouveau logiciel de bureautique, des gilets pare-balles, la rénovation des locaux et le passage de 8 agents à 10 agents »

Chaque année la commune enregistre 600 faits de délinquance allant de la petite à la grande délinquance, notre commune est située en zone gendarmerie et dispose ainsi d’une brigade de 14 hommes qui couvrent l’ensemble du canton.

Gendarme: « J’ai 14 hommes qui opèrent 24 heures sur 24 sur l’ensemble du canton, on couvre le territoire en renforçant notre présence sur les zones connues pour attirer la délinquance »

La vidéo- protection stéphanoise serait une aide à l’élucidation des faits lorsqu’ils seront signalés car si la muncipalité optera pour l’installation de caméras ayant pour rôle d’enregistrer les faits. Il n’est pas prévu une surveillance H24 des écrans de contrôle, cela aurait un coût trop important.

Dans notre département, on compte 247 caméras en fonctionnement sur 25 communes(en excluant la ville de Perpignan). Ces caméras sont soumises à l’autorisation du préfet qui autorise ou non l’implantation des caméras pour 5 ans, ensuite un nouveau dossier doit être déposé en préfecture pour approbation. Les zones filmées sont soumises à une réglementation stricte, il est ainsi interdit de filmer des bâtiments privés et si le champ de la caméra devait passer par un bâtiment privé la zone sera flouté (le réglage se fait à l’installation) et inexploitable.

L’accès aux images est également réglementé, les personnes ayant accès aux bandes sont désignées par le Maire et  personne (sauf les forces de gendarmerie) ne peut y avoir accès. Passé 30 jours, les images doivent être obligatoirement détruites.

Les caméras peuvent être mobiles dans une périmètre de surveillance ne dépassant pas les 8 rues, cela permettant à la ville de disposer des caméras en fonction des besoins. Dans tout les cas, les zones filmées sont annoncées par un pictogramme disposé à proximité du dispositif de surveillance prévenant la population de sa présence.

A la fin de toutes ces présentations, le débat s’ouvre

Thierry BALESTRA (élu PS):  » Je tenais à dire que l’ancienne municipalité avait déjà réfléchie à la vidéo-protection, ce ne sera pas un sujet de désaccord entre nous »

Un habitant:  » Le débat sera t’il complet, aurons nous les positions des mouvements comme la ligue des droits de l’homme…, comment se fera la consultation du plus grand nombre »

Un habitant: «  Je travaille dans une société de sécurité et je peux vous assurer que l’on ne voit rien sur les écrans lorsqu’il s’agit d’un bâtiment privé »

Un habitant: « C’est une très bonne chose »

Robert VILA: » Le but de cette réunion est de donner de l’information technique, sur le débat on veut avoir un maximum d’avis et la consultation se fera probablement via le Saint Estève Magazine… On connaît les zones sensibles …. le dispositif vient en complément des moyens humains, complément des actions en faveur de la jeunesse… »

En tout cas la municipalité de Robert VILA a anticipé  en insérant dans le budget 2011 une enveloppe de 30 000 € pour l’installation de 3 à 4 caméras. Une disposition permettant de gagner du temps si les débats sont concluants.

Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s