De Saint Laurent de la Salanque à Banyuls sur Mer, la caravane des Jeunes Républicains 66 a fait de nombreuses étapes.

De Saint Laurent de la Salanque à Banyuls sur Mer, la caravane des Jeunes Républicains 66 a fait de nombreuses étapes.

IMG_1635Du 6 au 12 juillet 2018, la caravane des Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales a pris la route pour se rendre sur neuf étapes à travers le département.

Président de fédération départementale, j’ai été a l’initiative de cette caravane 2018. J’ai pu compter sur une implication importante et une détermination sans faille des Jeunes Républicains pour s’assurer du succès de cette caravane départementale.

IMG_1633La jeune garde de notre mouvement a pu se rendre ainsi à Saint-Laurent-de-la-Salanque jusqu’à Banyuls sur Mer sans oublier la capitale départementale Perpignan.

En allant au contact des touristes et des habitants, ils ont pu échanger avec eux sur le pouvoir d’achat et l’engagement des jeunes en politique.

J’ai accompagné les Jeunes Républicains sur plusieurs étapes de la caravane et en particulier au Barcarés, à Cabestany et à Saint-Laurent-de-la-Salanque.

Sur le pouvoir d’achat, la distribution d’un tract est venu démontrer la perte subie et la baisse du pouvoir d’achat à venir pour les ménages. Des conséquences directes des mesures voulues par Emmanuel MACRON et défendues par leurs soutiens locaux. Les échanges ont été très intéressants avec les personnes venues à notre rencontre pour nous faire part de leurs situations personnelles. Pénaliser les retraités, les classes moyennes et ceux qui travaillent tel est le programme d’En Marche.

Cette caravane a été un véritable succès pour notre famille politique et les contacts au cours des étapes sont très encourageants pour notre mouvement. Merci aux Jeunes Républicains qui s’engagent et s’impliquent au sein de notre mouvement.

Le porte parole du parti, Gilles Platret est venu à la rencontre des adhérents

Au cours du repas de la seconde circonscription, le porte parole de notre parti Gilles Platret est venu dans notre département. Il a participé à un repas de la seconde circonscription organisé par le délégué de la circonscription Stéphane Loda.

Ce fut un plaisir de le recevoir car il a su trouvé, par son discours, les mots justes pour décortiquer la politique menée par Emmanuel Macron.

36751516_2149931251885733_3398491837596434432_o.jpg

Il a parfaitement démontré la volonté du Président de la République de liquider les partis politiques en utilisant des transfuges venus des partis « traditionnels ». Gilles Platret n’est pas dupe des tentatives du pouvoir de séduire, par des coups de communication, les adhérents et sympathisants de nos élus. Ceux qui étaient là ce samedi 7 juillet ne sont pas tombés dans ce piège et ont très fortement applaudi Gilles Platret.

36791356_2149931288552396_2976365301941141504_o

Dans mon intervention j’ai souligné le dynamisme de la fédération qui continue d’œuvrer et de vivre en dehors des périodes électorales.  Comme le démontre cette belle mobilisation pour cet événement spécifique à la seconde circonscription.

Merci aux bénévoles et en particulier au délégué de la seconde circonscription Stéphane Loda, et aux Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales présents avec la caravane de l’été. Merci aux élus François Calvet, Jean Sol, Fatima Dahine, Bernard Dupont, à nos cadres Stéphane Loda, Olivier Amiel, Lucas Laffite et à notre ancien parlementaire Fernand Siré.

Un repas dans la bonne humeur et la convivialité qui s’est terminé dans la bonne humeur entre les convives.

La caravane des Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales

caravanejreps20160725-3.jpgDu 6 au 12 juillet 2018, la caravane des Jeunes Républicains va arpenter le département des Pyrénées-Orientales. Cette caravane ira à la rencontre des vacanciers et des sympathisants sur neuf communes du département.

J’ai souhaité, en accord avec les Jeunes Républicains des Pyrénées-Orientales, relancer cette caravane qui faisait chaque année une étape dans notre département. Depuis deux ans, l’équipe nationale ne l’organise plus et j’ai voulu que nous prenions le relais dans la fédération.

C’est ce que nous faisons avec ces 9 étapes qui permettront de venir échanger, débattre et de s’équiper de goodies à nos couleurs. Une bel aventure attend Lucas – le responsable adjoint – Loïc, Sébastien et Amélie qui vont animer chaque étape. Merci à eux pour le temps qu’ils vont consacrer sur ces nombreuses étapes pour défendre leurs idées et leurs valeurs auprès des personnes qui viendront les rencontrer.

Planning de la caravane :

vendredi 6 juillet 2018
Saint Cyprien – Parking de la police municipale
de 11h à 12h et de 14h à 16h

samedi 7 juillet 2018

Rivesaltes – Domaine de Rombeau
de 11h à 15h
Dimanche 8 juillet 2018
Le Barcarès – Place du Marché
de 10h à 12h et de 14h à 16h
Lundi 9 juillet 2018
Argelès sur Mer – caravane mobile en raison de l’absence de réponse de la mairie.
de 14h à 16h
Mardi 10  juillet 2018
Banyuls sur Mer – Parking Méditerranée sur l’avenue Pierre Fabre
de 14h à 16h


Mercredi 11 juillet 2018
Cabestany – Rue du Moulinas

de 10h à 12h

Perpignan – Place de la République

de 14h à 16h
Jeudi 12  juillet 2018
Saint Laurent de la Salanque – Marché

de 10h à 12h

Sainte Marie la Mer- Balladoir à l’arrière de la salle Omega

de 14h à 16h

 

Je choisis cette immigration ! Celle du travail, du mérite et de l’effort.

Comme beaucoup d’habitants du département, j’ai appris la menace d’expulsion d’un couple Japonais domicilié à Banyuls-sur-Mer. Loin de venir dans notre pays pour y vivre des aides sociales, le couple a appris l’ensemble des métiers du vin avant de racheter un domaine en investissant et en empruntant les sommes nécessaires.

couple japonais.jpg

Le couple a vite appris et s’est fait un nom auprès des plus grandes tables où l’on sert désormais le vin qu’ils produisent. Le vin est référencé au restaurant El Celler à Gérone. Cet établissement est classé « Meilleur restaurant au monde » en 2016. Je ne doute pas que le couple a du batailler longuement pour y être référencé en présentant un produit d’exceptions pour accompagner les mets qui y sont servis.

M. Mme SHOJI n’ont jamais fait parlé d’eux et sont des étrangers sans histoire. La France doit elle envoyée un message aux étrangers ? Alors qu’elle accueille des clandestins économiques qui ne sont pas assurés de trouver un emploi et qui arrivent illégalement sur notre sol, elle s’apprête à expulser un couple d’entrepreneurs et investisseurs sur notre territoire ?  Est ce le message que nous voulons envoyer?

Je reste attaché aux valeurs du travail, de l’effort et du mérite. Ce couple ne démontre t’il pas son attachement à ces valeurs ?  Je ne connais pas le fond de ce dossier, mais il me laisse beaucoup d’interrogations sans réponse.

Alors j’ai écrit quelques lignes pour adresser un mot de soutien au couple. J’espère juste que la France, dont la fermeté à l’égard des étrangers qui ne respectent pas nos lois s’apparente à un laxisme irresponsable, fera le bon choix en septembre prochain lors du jugement définitif.

J’étais à Menton pour le conseil national

J’étais à Menton pour le conseil nationalcn.jpg

Avec Jean SOL – Sénateur des Pyrénées-Orientales, j’étais à Menton (06) pour le conseil national de notre famille politique. Nous étions accompagnés de quelques militants qui sont venus de notre département.  Nous étions une petite délégation pour représenter notre fédération lors de ce conseil consacré à l’Europe.

36411802_10160554213935710_8545240586792206336_n.jpg

J’ai pu m’entretenir avec des membres de l’équipe dirigeante sur les actions de la fédération et souligner l’implication des adhérents au quotidien. Un échange également avec Gilles PLATRET – porte parole de notre parti- qui sera présent ce samedi à Rivesaltes pour le repas de la seconde circonscription.

36427223_613910652321525_4236314256238182400_n

Enfin ce conseil national a permis d’approuver les sept engagements de notre ligne pour l’Europe.

1. Notre engagement européen :

Nous, Les Républicains, croyons que la France a besoin de l’Europe pour répondre aux défis qui sont face à nous.
La construction européenne doit se faire dans le respect de la volonté des peuples et des Nations. L’abandon de l’Euro serait une folie.

2. Des frontières sûres :

Les Républicains font de la protection de nos frontières européennes face à l’immigration de masse incontrôlée et à la menace du terrorisme islamiste leur priorité absolue.

3. Des frontières stables :

Les Républicains refusent tout nouvel élargissement de l’Union Européenne ou de l’espace Schengen.

4. Préférence européenne et réciprocité :

Les Républicains s’engagent en faveur de la préférence communautaire pour nos entreprises, nos emplois et nos agriculteurs. Ils exigent que le principe de réciprocité soit l’élément fondateur de notre politique commerciale.

5. Refus de la concurrence déloyale :

Les Républicains croient en la libre entreprise et refusent la concurrence déloyale, ainsi que le détournement du travail détaché.

6. Moins de normes. Plus de projets :

Les Républicains veulent refonder les compétences de l’Union Européenne : moins de normes, plus de décisions prises au niveau des Etats et de nouvelles coopérations dans les domaines de la Défense, de la recherche médicale, d’Internet, des grandes infrastructures de transport etc…
Ils veulent faciliter les échanges entre les jeunes Européens et renforcer Erasmus.

7. Une civilisation européenne :

Les Républicains n’oublient pas qu’avant d’être une construction institutionnelle, l’Europe est une civilisation commune, dont nous voulons transmettre l’identité, la culture, les racines et les valeurs.

La jeunesse s’engage, elle a bien raison !

IMG_5148.jpeg

A l’initiative d’Olivier AMIEL – Trésorier de la fédération LR et adjoint au Maire de Perpignan – une conférence était organisée à Perpignan le 20 juin dernier.

Sur le thème de l’engagement des jeunes en politique, cette conférence a permis à une génération de jeunes de témoigner sur la manière dont ils s’engagent en politique.

Plusieurs jeunes se sont succédés à la tribune pour faire part de leur façon de faire de la politique. Quelle énergie et quelle fougue !  Le plus jeune, Férréol DELMAS avait 20 ans et préside l’Union des Jeunes pour le Progrès.

Il y a quelques années, j’étais à cette place à débuter mon implication au sein de l’UMP – devenu Les Républicains en 2015 – pour ne plus être spectateur du destin de mon pays et du département.

IMG_5198.jpeg

Cette fraîcheur rassure sur la possibilité offerte à notre mouvement de s’appuyer sur une génération qui souhaite s’engager. Le renouvellement est indispensable, il est souhaité et les revers successifs des partis traditionnels obligent à s’imposer un renouvellement d’une classe politique vieillissante.

Il faut que ces jeunes s’impliquent pleinement, s’imposent pour être nos candidats de demain. Ils en ont l’envie et les capacités. Bon courage à eux !

Retour sur l’émission « Les Axurits » du 16 juin 2018

Retour sur l’émission « Les Axurits de France-Bleu Roussillon » du 16 juin 2018

Réécouter l’émission sur France Bleu Roussillon en podcast – CLIQUEZ ICI

IMG_7544.JPG

Quelques phrases clés lors de l’émission:

Sur le « les aides sociales c’est un pognon de dingue » d’Emmanuel MACRON :

  • « Le social est nécessaire car il y a toujours un moment dans la vie où on peut avoir besoin d’aide »
  • « C’est une communication très contrôlée chez Emmanuel MACRON mais c’est sa façon de faire de la politique : que de la communication »
  •  » Le social doit être lié à des contreparties comme de l’accompagnement pour en sortir »
  • « Je ne suis pas d’accord sur la forme de la formule »
  •  » Je reproche au Conseil départemental des P-O  d’avoir une politique sociale clientéliste sans accompagner les bénéficiaires pour en sortir »
  •  » On aide mais sans politique d’insertion et de formation professionnel »
  •  » Le social est un coût nécessaire et, à décharge du conseil départemental l’État se décharge sur le département pour prendre en charge le coût du RSA »
  •  » Je ne pense pas que les bénéficiaires des minima sociaux soit heureux de l’être. Je pense qu’ils préféreraient en sortir et le département est absent pour les aider. « 
  •  »  Le département considère que les bénéficiaires des minima sociaux sont une clientèle électorale qu’il faut maintenir dans cette situation. Or, comme dans le Nord-Pas de Calais, ils sont lassés d’être dans cette situation. Et les électeurs ont lâché le Parti Socialiste pour voter Front National. »

Sur la fin des douches à Torreilles :

  • « C’est cohérent pour une commune qui s’est engagée dans l’Agenda 21 d’autant que les douches de plage ne sont pas reliés au traitement des eaux usées ».
  • « C’est aussi une volonté de changement de comportement face à la pénurie d’eau »
  •  » Beaucoup de communes innovent sur les plages pour le nettoyage par exemple, cette expérimentation a le mérite d’exister ».
  •  » Tout le monde comprend qu’il faut faire des efforts pour respecter notre environnement et préserver nos ressources.

Sur la gestion des gens du voyage qui viennent dans le département en s’installant souvent de manière illégale :

  • « Les aires d’accueil existent et sont souvent inoccupées »
  • « Certains gens du voyage refusent les aires proposées et s’installent de force sur des terrains privés ou communaux »
  •  » Les préfets manquent de courage car ils ne mettent pas en œuvre les expulsions prononcées »
  • « Il manque quelques places selon le plan départemental, mais des aires restent vides et ils s’installent ailleurs illégalement ».
  • « La force du nombre »
  •  » certaines communes devraient disposer d’aires, mais pourtant ne sont plus urbanisables en raison des plans de prévention inondation. Comment faire alors pour ces communes? Il faut aussi prendre en compte ces cas particuliers.
  • « Les dégâts sont toujours payés par les contribuables »

Sur la coupe du monde de football :

  • « Je ne suis pas très sportif je le reconnais, je suis mauvais public »
  • « Je vais regarder quand la France sera présente dans les derniers matchs je pense »

Coup de coeur :  pour le livre « L’Homme Nu » qui est un ouvrage en forme de lanceur d’alerte sur les big data et le traitement par les G.A.F.A. Un livre qui m’avait été recommandé par Jean Jacques Bedu et que je recommande à mon tour.

Coup de gueule :  pour l’enterrement de la loi de moralisation de la vie politique qui avait été porté par l’ancien Député Fernand SIRE et qui imposait aux élus d’avoir un casier judiciaire vierge.